« Puzzles à Delos », CNRS IMAGES et EFA 2005

vers la video

Le reportage présente dans sa première partie bien développée, l’analyse architecturale et archéologique du théâtre de Délos theatre delosmenée par Jean-Charles Moretti (IRAA CNRS) et Philippe Fraisse (Ecole d’architecture de Strasbourg).Les restitutions sont illustrées par les maquettes numériques réalisées par Frédéric Muller  (Ecole d’architecture de Strasbourg). Apparaissent aussi A. Oziol, A. Sinossian (DESS architecture et archéologie, Strasbourg) et R. Etienne (ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes) ainsi que Cécile Durvye (IRAA, AMU)

 

« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »

delphesLe reportage évoque rapidement le travail de restitution numérique réalisé sur le sanctuaire d’Athéna à Delphes et sur la Tholos en particulier dès 1996 avec le soutien d’EDFamandry

Il est particulièrement intéressant car dans la deuxième partie du reportage le scénario est construit comme un aller-retour entre les témoignages de deux « personnages » : celui du  « vieil homme » au milieu des blocs d’architecture et dans la nature  (il s’agit de P. Amandry -et pas Armandry comme il est dit et écrit- ancien directeur de l’Ecole Française d’Athenes)  et celui de « l’archéologue » moderne devant son ordinateur et dans son bureau (l’architecte  D. Laroche).

Cependant, le scénario ne conduit pas à un nouveau remake du combat entre les anciens et des modernes. Au contraire, c’est l’idée de la complémentarité des approches anciennes (« la matière, le toucher et la vue ») et de la technique moderne (« le virtuel ») qui se dégage.

Citer ce billet : Alain Badie, "« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »," sur RAAN, 13/07/2016, http://raan.hypotheses.org/926.

vers la video

sur le site Mediterranean Memory

 

Jean-Charles Moretti, « Théâtres grecs et romains »

Jean-Charles Moretti, directeur de recherche à l’IRAA CNRS bureau de Lyonmoretti

L’architecture théatrale est apparue en Grèce dans le courant de l’époque archaïque pour accueillir les compétitions de musiciens, de poètes et de danseurs organisées en l’honneur de diverses divinités. D’abord simple installation de bois montée à l’occasion des compétitions, le théâtre devint à l’époque hellénistique une construction de pierre aux formes complexes, capable d’accueillir des milliers de spectateurs.

vers la video

Jean-Louis Paillet, « Le forum antique »

Jean-Louis Paillet, architecte, chercheur auprès de l’Institut de recherche sur l’architecture antique à Aix-en-Provencepaillet

Le forum romain, lointain cousin des agoras grecques et hellénistiques, est une place publique rectangulaire entourée de portiques et de certains monuments dont le nombre et la fonction varient au cours des siècles.

Henri Broise « Des bains hellénistiques aux thermes romains »

Henri Broise, architecte-archéologue, Institut de recherche sur l’architecture antique (CNRS)broise

Les premiers témoignages archéologiques de bains collectifs datent du Ve siècle avant notre ère. Ces édifices répondent alors essentiellement à des soucis hygiéniques. Dans la première moitié du IIIe siècle, le bain chaud par immersion fait son apparition. Les bains publics proposent désormais à la fois un bain de propreté, que l’on pratique par affusion dans une cuve individuelle, et un bain chaud de délassement que l’on pratique dans une baignoire, collective ou non.

par Cité de l’architecture et du patrimoine

Video hommage à Manolis Korres

 KorresUn aperçu des images de la vie et du travail de Manolis Korres, architecte spécialiste  des techniques de taille  de la pierre, des chantiers antiques et en particulier du Parthénon, présenté le  22 Juin 2016. vers la video

M. Korres est notamment l’auteur de l’ouvrage suivant : « From Pentelcon to the Parthenon », Melissa Publishing House. vers l’éditeur

LA MONOGRAPHIE EN ARCHITECTURE GRECQUE

Séminaire IRAA MOMpar Jean-Charles Moretti avec la collaboration de Jean-Jacques Malmary

Le séminaire a lieu tous les jeudis du premier semestre du 13 octobre au 8 décembre de 10 h à 11h 45, salle Reinach, au 4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Séminaire de l’Institut de recherche sur l’architecture antique

Histoire et méthodes d’analyse et de relevé de l’architecture antique M1-M2  Année 2016-2017

Le programme

Comment calculer les dimensions d’un bloc avec son nuage de points ?

Un petit article qui présente un bilan de mes réflexions depuis 2010, qu’il m’a paru utile de mettre en forme et de jeter dans le carnet « RAAN » comme une bouteille à la mer… Merci d’avance à ceux qui seront intéressés et qui voudront bien les poursuivre…

J’ai tenté de définir ce qu’est un nuage de points et ce qu’est un modèle géométrique d’un objet architectural (une simplification de la forme à l’aide de figures géométriques élémentaires) afin de montrer l’intérêt qu’il y a à passer de l’un à l’autre et de proposer des outils mathématiques qui permettent ce passage et qui pourront être intégrés sous forme de programmes dans les logiciels.

Il existe différentes méthodes de représentation du nuage de points d’un bloc par des figures géométriques élémentaires. Ainsi, en partant de l’exemple d’un tambour de fût, je présente quelques techniques traditionnelles de détermination du centre d’un cercle et de son diamètre simplement à partir de 2 ou 3 points du nuage, judicieusement sélectionnés. Dans le cas de formes plus complexes et surtout en présence d’objets architecturaux fragmentés, il est possible d’utiliser des techniques d’ajustement basées notamment sur la régression, prenant en compte un plus grand nombre de points du nuage, afin de caractériser de façon plus précise le modèle qui fournira le meilleur ajustement. Ces techniques requièrent l’utilisation de logiciels car les calculs mis en œuvre sont plus lourds.

Citer ce billet : Jean-Jacques Malmary, "Comment calculer les dimensions d’un bloc avec son nuage de points ?," sur RAAN, 26/06/2016, http://raan.hypotheses.org/805.

Lire la suite

Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)

A_Chap_Ionique_Def_limites_10eVoici une nouvelle version du manuel « IRAA » de Photoscan qui s’adresse aux étudiants et aux chercheurs qui ne disposent et n’utilisent que ce logiciel pour la chaîne opératoire de l’acquisition à la réalisation d’ortho-images.
Dans ce nouveau manuel, une méthode est proposée pour la réalisation d’ortho-images du fac-similé 3D des 6 faces d’un bloc directement sur Photoscan :
– à l’échelle (rapport de nombres entiers : 1, 1/2, 1/5, etc…),
– et en correspondance géométrique les unes par rapport aux autres.

Je remercie Marc Panneau et Laurent Borel qui ont suscité dernièrement la réalisation de ce nouveau chapitre du manuel. Il m’a paru nécessaire de le faire assez rapidement pour  les étudiants qui s’initient à cette technique et me demandent des conseils. La réalisation d’ortho-images peut être plus aisément effectuée avec d’autres logiciels dont les outils sont plus performants ou moins contraignants mais mon objectif principal est de simplifier la vie des utilisateurs et qu’ils puissent travailler sereinement sans devoir se familiariser avec mille autres logiciels. Il est important de préciser que les ortho-images issues de Photoscan peuvent avoir une bien meilleure résolution que celles issues d’un maillage tridimensionnel texturé qui a été exporté vers un autre format.

C’est une première version, sans doute pleine de non-dits et d’erreurs de frappe. Toutes améliorations ou précisions partagées seront bienvenues.

Avertissement aux utilisateurs
Il ne faut pas que ce manuel devienne un presse-bouton « pousse au crime » et j’attends beaucoup de ceux qui le critiqueront pour qu’il puisse être amélioré (notamment les photogrammètres, les photographes, les architectes et les archéologues qui sont rompus à ce genre d’exercice).
À ceux qui l’utilisent et qui l’estiment suffisant pour leurs études, sachez que, si ces nuages deviennent des objets « patrimoniaux » et ne sont plus seulement considérés comme des aides au relevé classique (les erreurs de construction des modèles 3D peuvent dans ces cas-là être considérées comme quantités négligeables), il sera fortement recommandé de suivre un guide des bonnes pratiques.
Ainsi, une amélioration essentielle devra consister à préciser les précautions d’usage lors de l’acquisition et de la construction du nuage de points. Ces précautions sont indispensables pour produire des nuages de points pour lesquels les correspondances métriques et morphologiques avec l’objet réel sont réellement bien contrôlées. Elles impliquent de bonnes notions en photographie et en topographie (ex : étalonnage de l’optique de l’appareil photo, évaluation de l’erreur pixel et de l’erreur métrique, etc…).

Photoscan_ModeEmploi_2016

Jean-Jacques Malmary

Citer ce billet : Jean-Jacques Malmary, "Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)," sur RAAN, 23/06/2016, http://raan.hypotheses.org/779.

Perception et représentation numériques en architecture et archéologie

RECHERCHE, ART ET PRATIQUES NUMERIQUES #5

IMG_RAAN_CR_Phtgrm
« Perception et représentation numériques en architecture et archéologie »

Nathalie André (architecte-archéologue, IRAA, CNRS/Aix Marseille Université)
Résumé : antiAtlas des frontières

IMéRA
2 place le Verrier
13004 Marseille
Mercredi 25 mai 2016 – 10 h à 12 h 30

« L’apport des techniques d’acquisition numériques à l’étude de la collection des blocs d’architecture romaine de Bordeaux »

Hypo_Titre_ORAG_1

vers l’article

Jean-Jacques Malmary, architecte, IRAA, CNRS, Lyon,

Alain Badie, architecte, IRAA, CNRS, AMU, Aix-en-Provence

Dominique Tardy, directrice de recherche, IRAA, CNRS, Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Le relevé du socle de la Victoire de Samothrace, complémentarité du dessin et de la 3D

NIKH_photoNBEn 2014 au musée du Louvre, la restauration de la Victoire de Samothrace entraine le démontage du monument et le désassemblage complet de sa base en forme de proue de navire. L’IRAA réalise le relevé intégral des 24 blocs de cette construction remarquable, avec la mise en œuvre de la photogrammétrie 3D intégrée au protocole de relevé et d’étude architectonique.
NIKH_blocNB
La Victoire de Samothrace après restauration et le maillage tridimensionnel d’un bloc des caisses de rames, © Nicolas Bresch, IRAA Paris.

Le film sur la restauration à l’initiative du Louvre, à voir absolument :