Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions

Pauline SALANAVE PEHE

Pendant mes deux années d’études en Master archéologie préventive à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, j’ai pratiqué l’impression 3D. La première année s’est déroulée sous la direction de François Quantin et de Frédéric Léonardi tandis que la seconde année a été dirigée par Françoise Des Boscs et par Frédéric Léonardi.

Citer ce billet : Pauline Salanave, "Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions," sur RAAN, 08/11/2016, http://raan.hypotheses.org/1022.
  1. Numériser pour imprimer en 3D l’état actuel du chapiteau

La première année, diverses techniques qui permettent d’analyser des blocs d’architecture ont été explorées, et en particulier, celle de l’impression 3D. Un chapiteau gallo-romain provenant de la villa du Pont d’Oly à Jurançon, dont certaines parties sont abîmées, a été utilisé comme support de travail. Grâce à la photogrammétrie, le chapiteau a été numérisé dans le but d’être imprimé en 3D (figure 1).

chapiteau_fig_001

Figure 1 : photo du chapiteau, numérisation et impression 3D

Cette expérience a permis de découvrir les difficultés qu’impose la préparation de l’impression à savoir le maillage du modèle numérique. En effet, le fichier 3D ne tolère pas de défauts comme par exemple des trous dans le maillage et doit être en totalité fermé. Plusieurs essais ont été nécessaires afin d’obtenir un résultat convenable même si certains défauts persistent. La résolution peut être ajustée en modifiant les propriétés du modèle numérique (figure 2).

chapiteau_fig_002

Figure 2: 1ere impression faible résolution/2eme impression haute résolution

Cependant certains détails comme les traces d’outils ou de construction ne sont pas visibles sur les modèles imprimés (figure 3).

chapiteau_fig_003

Figure 3 : traces de construction visibles / traces de construction invisibles

L’ensemble des impressions permettent tout de même d’observer, d’étudier et de transporter le chapiteau facilement.

  1. Impression 3D pour l’étude de la restitution du chapiteau

Au cours de la deuxième année, il était intéressant d’approfondir l’étude de ce chapiteau en réalisant sa restitution. Une étude documentaire a été, auparavant, nécessaire afin de proposer des hypothèses. La restitution exige une maîtrise des logiciels de modélisation pour travailler le modèle numérique obtenu en première année (figure 4).

chapiteau_fig_004

Figure 4 : restitution par modélisation

Les impressions ont été importantes et utiles dans l’évolution du raisonnement. En effet, elles ont permises de prendre conscience des défauts mais aussi de confronter les différentes hypothèses proposées (figure 5).chapiteau_fig_005

Figure 5 : 1ère hypothèse, 2ème hypothèse et 3ème et dernière hypothèse

vers Hal SHS DUMAS Dépôt Universitaire des Mémoires Après Soutenance

 


Une réflexion au sujet de « Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions »

  1. Merci pour ce retour d’expérience qui montre bien :
    1. comment l’outil de photogrammetrie numérique et l’impression 3D est aujourd’hui accessible à beaucoup d’étudiants.
    2. quelques possibilités de développement mais aussi les difficultés et limites encore réelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *