Application du numérique : une expérience de taille robotisée

Née à la fin du VIème s. av. J.-C., la démocratie athénienne met en place les procédures de vote et de désignation qui la caractérisent, avec une part prépondérante jouée par le tirage au sort.

Pour le tirage au sort on utilise une machine spécifique : le klèrôtèrion, sorte de stèle à décor architecturé, creusée de colonnes de rainures et munie d’accessoires de métal et de bois. De premiers vestiges en sont découverts à la fin du XIXème s. par la Société archéologique grecque, l’essentiel du corpus étant mis au jour par les fouilles de l’École américaine sur l’agora d’Athènes, au cours du XXème s. L’étude est reprise en 2009, dans les sites et musées grecs et avec le soutien de l’École française d’Athènes, par Liliane Lopez-Rabatel (IRAA Lyon) en collaboration avec Nicolas Bresch (IRAA Paris), qui réalisent des maquettes grandeur nature pour tester leurs restitutions. En 2017, le projet d’une réplique en pierre est sélectionné par le Salon du CNRS Innovatives SHS, à des fins de présentation et d’expérimentation, dont la réalisation est rendue possible par le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la MOM et de la direction de l’InSHS. À partir du modèle numérique 3D d’une des restitutions proposées, un exemplaire en état de fonctionnement est taillé dans un bloc de calcaire marbrier, par le robot sculpteur d’une société spécialisée. vers la video


2 réflexions au sujet de « Application du numérique : une expérience de taille robotisée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *