Le relevé d’architecture, entre subjectivité et objectivité

« Le relevé d’un édifice est un processus complexe qui débute par une phase de lecture et d’analyse de l’organisme architectonique et qui s’achève par sa restitution graphique. Certaines phases de ce processus sont interprétatives et donc subjectives et d’autres doivent être objectives.

Pour relever une architecture, il n’est pas possible de mesurer l’infinité de points qui la constitue. Une opération de simplification de l’image doit être menée, c’est-à-dire qu’il faut réduire la réalité à un schéma, en décidant ce qui doit être mesuré. Cette première phase de détermination des points à relever a un caractère subjectif, qui est dépendant du langage architectonique du bâtiment (suivant l’époque ou la nature de l’édifice, les éléments architectoniques à relever sont différents) ou de la raison pour laquelle le relevé est mené. Ainsi les points choisis pour être relevés doivent être significatifs pour pouvoir mettre en relief les qualités formelles de l’œuvre.

L’autre phase qui a un caractère interprétatif se présente au moment de la transcription graphique à une échelle de réduction particulière : dans ce cas également il faut décider ce qui doit être dessiné et ce qui peut disparaitre.

En revanche l’opération de mesure a un caractère objectif et doit être menée en fixant une méthode présentant un degré élevé de précision. » (trad. Zugmeyer)

Docci e D. Maestri, Manuale del rilevamento architettonico e urbano , Ed. Laterza 1994


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *