BIM dans l’appartement-atelier de Le Corbusier!

L’équipe de RAAN s’intéresse depuis longtemps à l’application des BIM (Building Information Modeling) aux édifices anciens. La récente conférence de Simohamed BOURAS sur les possibilités du logiciel BIM REVIT dans ce domaine lors du séminaire « Relevé/Restitution » à la MMSH d’Aix-en-Provence en juin 2017, nous a apporté un regard neuf sur la question. Aujourd’hui, de nombreux projets sont en cours qui permettront une gestion globale de sites complexes en associant autour d’un modèle 3D, les données archéologiques, historiques et techniques. Parmi ces projets, celui lancé par la Fondation Le Corbusier à l’occasion de la restauration de son appartement-Atelier de la rue Nungesser-et-Coli, à Paris, devrait être accessible aux chercheurs et permettra d’implémenter la connaissance de ce monument historique.

Appartement-atelier de Le Corbusier, immeuble Molitor,24 rue Nungesser-et-Coli Photo : Olivier Martin-Gambier 2005© FLC/ADAGP

La Fondation Le Corbusier a lancé en janvier 2017 une importante campagne de travaux de restauration de l’appartement-atelier de Le Corbusier, 24, rue Nungesser et Coli. Ces travaux ont pour objectif de remettre l’appartement dans la situation la plus proche de l’année 1965, date de la mort de Le Corbusier. A cette occasion, la Fondation Le Corbusier a lancé la création d’un maquette numérique de l’appartement.

Cette mission a été confiée à Didier Groux, expert en pathologie du bâti ancien, et Mathieu Bruez, ingénieur des Mines, qui réalisent « un document de synthèse sur le système constructif de l’appartement et son état de conservation. Fondée tout à la fois sur des documents d’archive, des relevés, des sondages et des investigations menées à l’aide d’une caméra thermique infrarouge et d’un ferroscan, cette maquette numérique modélise le processus constructif en 3D. Elle est associée à la base de données qui rassemble désormais les sources d’information – pléthoriques mais jusque-là éparses – et peut notamment être interrogée par composant (briques, poignée de porte, etc.). Il s’agit ainsi d’un outil aussi novateur que performant, constitué à partir du repérage exhaustif des matériaux et procédés de construction auxquels Le Corbusier a eu recours pour son appartement-atelier. »

Vers le site de la Fondation Le Corbusier

Récolement de la maquette BIME Photo : Société A-BIME

« L’objectif était d’adapter le logiciel BIME, conçu pour la création architecturale,  à l’intervention sur les édifices historiques (et à son archivage). En l’occurrence, tous les composants ont été modélisés indépendamment, constituant une bibliothèque de composants visualisables individuellement, mais qui peuvent aussi être interrogeables transversalement. L’ensemble des documents d’archive retrouvés pour l’occasion sont intégrés dans une base de données articulée à la maquette numérique. Cette maquette est également un outil d’aide à la décision pour le maître d’ouvrage. L’outil peut être participatif et enrichi de nouvelles données ; il peut aussi servir de base à des outils de médiation. »

La Fondation souhaite que cet outil soit utile à la recherche et s’interroge notamment sur les rubriques pertinentes et une ergonomie adaptée aux chercheurs. Elle invite donc les collègues intéressés (les doctorants sont aussi les bienvenus) à venir réfléchir sur ce prototype, mis au point pour l’appartement de Le Corbusier.

Une réunion est organisée sur place, 24 rue Nungesser-et-Coli, le mercredi 13 décembre à 15 heures. La réunion sera précédée à 14h d’une visite du chantier de l’appartement avec Bénédicte Gandini, l’architecte de la Fondation, qui pilote la restauration menée par l’agence François-Chatillon. (Pour toute question, adressez-vous à: benedicte.gandini@fondationlecorbusier.fr)

Exemple de modélisation 3D à partir de plans 2D © A-BIME

Voir aussi:

Site de l’entreprise A-BIME (Ancien Bâtiment Informatisé Modélisé Expertisé)

 

Sur les BIM et le patrimoine, Vous trouverez d’intéressants articles et liens sur:

« Le BIM et les exigences du patrimoine » in BIM, TIC & Logiciels, Ecole des Ponts

 

ARCHITECTURE MILITAIRE, UNE CULTURE PARTAGEE ENTRE GRECE ET PROVENCE,

Table ronde internationale, les 23 et 24 novembre 2017, à la MMSH, Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février

Table ronde rassemblant des spécialistes internationaux des fortifications antiques et médiévales du monde méditerranéen. Les réflexions porteront sur deux axes. Le premier sera d’ordre méthodologique : à partir de la présentation d’opérations de terrain récentes ou en cours, les chercheurs seront invités à s’interroger sur les difficultés d’insertion de vestiges particuliers dans les savoirs historiques et archéologiques généraux et sur les acquis et les limites des outils modernes (photogrammétrie, SIG, BIM…). Le second portera sur les réseaux de savoir-faire techniques partagés et sur leurs implications géographiques et chronologiques, par la comparaison de deux espaces, l’un occidental et l’autre oriental, aux deux extrémités de la Méditerranée à des époques différentes.

Programme à télécharger ici: Programme

Application du numérique : une expérience de taille robotisée

Née à la fin du VIème s. av. J.-C., la démocratie athénienne met en place les procédures de vote et de désignation qui la caractérisent, avec une part prépondérante jouée par le tirage au sort.

Pour le tirage au sort on utilise une machine spécifique : le klèrôtèrion, sorte de stèle à décor architecturé, creusée de colonnes de rainures et munie d’accessoires de métal et de bois. De premiers vestiges en sont découverts à la fin du XIXème s. par la Société archéologique grecque, l’essentiel du corpus étant mis au jour par les fouilles de l’École américaine sur l’agora d’Athènes, au cours du XXème s. L’étude est reprise en 2009, dans les sites et musées grecs et avec le soutien de l’École française d’Athènes, par Liliane Lopez-Rabatel (IRAA Lyon) en collaboration avec Nicolas Bresch (IRAA Paris), qui réalisent des maquettes grandeur nature pour tester leurs restitutions. En 2017, le projet d’une réplique en pierre est sélectionné par le Salon du CNRS Innovatives SHS, à des fins de présentation et d’expérimentation, dont la réalisation est rendue possible par le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la MOM et de la direction de l’InSHS. À partir du modèle numérique 3D d’une des restitutions proposées, un exemplaire en état de fonctionnement est taillé dans un bloc de calcaire marbrier, par le robot sculpteur d’une société spécialisée. vers la video

Les archives au secours des temples détruits de Palmyre, colloque de l’AIBL, Paris, vendredi 19 mai 2017

Le programme

Palmyre, la perle du désert, a défrayé la chronique en 2015 ; les artificiers de ISIS/Daech sont parvenus en quelques instants à infliger aux deux temples les plus célèbres et les mieux conservés de la ville des dégâts plus graves et plus importants que près de deux mille ans d’histoire. Depuis, il est question de reconstruction, avec la menace de transformer le champ de ruines en un nouveau Disneyland.

La bonne fortune veut que les deux monuments emblématiques de Palmyre, le temple de Bêl et le sanctuaire de Baalshamin, aient fait l’objet d’études approfondies par deux missions archéologiques, l’une française, l’autre suisse et de publications réalisées dans les règles de l’art. La documentation établie par les archéologues et architectes français et suisses constitue un ensemble unique. Longtemps conservés dans des locaux d’archives et, disons-le, largement oubliés, ces documents et ces publications ont pris soudain une valeur inestimable (extrait du programme en ligne).

Suite de l’article sur « L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie »

La Newsletter du CIPA de janvier 2017 est parue, avec des illustrations des résultats de la photogrammétrie de l’escalier hélicoïdal dans l’article Work in Progress on the Palatine.

Newsletter 11

 

 

 

 

Lire la suite

A propos des destructions et des reconstructions des monuments en Syrie

http://www.liberation.fr/planete/2016/12/28/guerre-de-tranchee-autour-du-patrimoine-syrien_1537926

Juste en passant ce lien vers un intéressant article publié dans Libération palmyreifpo_fig3 ainsi qu’une notice nécrologique (en cliquant sur l’image) de Robert Amy qui a publié et restitué, dès 1968 et 1975, avec H. Seyrig et E. Will, le temple de Bel à Palmyre.

Une invitation renouvelée à la réflexion sur le rôle « sociétal » de la restitution en architecture et archéologie à l’heure du numérique.

L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie

mobilier de fouilleLes vestiges de la cenatio rotunda sur le Palatin (Rome). Nathalie André en collaboration avec Françoise Villedieu.

Intervention au colloque « Photogrammétrie numérique et perception 3D : les nouvelles conquêtes », ENSG, mars 2016.

Vers le diaporama de la présentation

colloque_sfpt_palatin-v2

.

« Puzzles à Delos », CNRS IMAGES et EFA 2005

vers la video

Le reportage présente dans sa première partie bien développée, l’analyse architecturale et archéologique du théâtre de Délos theatre delosmenée par Jean-Charles Moretti (IRAA CNRS) et Philippe Fraisse (Ecole d’architecture de Strasbourg).Les restitutions sont illustrées par les maquettes numériques réalisées par Frédéric Muller  (Ecole d’architecture de Strasbourg). Apparaissent aussi A. Oziol, A. Sinossian (DESS architecture et archéologie, Strasbourg) et R. Etienne (ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes) ainsi que Cécile Durvye (IRAA, AMU)

 

Restitution des piliers de tutelle à Bordeaux (Le Journal du CNRS Web)

fenetre Journal du CNRS WEB

Etude des blocs architecturaux et restitution des Piliers de Tutelle à Bordeaux Intervenants : Dominique Tardy, Alain Badie et Jean-Jacques Malmary.

« Les  mystérieux blocs  de Bordeaux »
Réalisateur : Juliette Lacharnay
Producteur CNRS Images:

Lien vers le journal du CNRSweb

In english