Les archives au secours des temples détruits de Palmyre, colloque de l’AIBL, Paris, vendredi 19 mai 2017

Le programme

Palmyre, la perle du désert, a défrayé la chronique en 2015 ; les artificiers de ISIS/Daech sont parvenus en quelques instants à infliger aux deux temples les plus célèbres et les mieux conservés de la ville des dégâts plus graves et plus importants que près de deux mille ans d’histoire. Depuis, il est question de reconstruction, avec la menace de transformer le champ de ruines en un nouveau Disneyland.

La bonne fortune veut que les deux monuments emblématiques de Palmyre, le temple de Bêl et le sanctuaire de Baalshamin, aient fait l’objet d’études approfondies par deux missions archéologiques, l’une française, l’autre suisse et de publications réalisées dans les règles de l’art. La documentation établie par les archéologues et architectes français et suisses constitue un ensemble unique. Longtemps conservés dans des locaux d’archives et, disons-le, largement oubliés, ces documents et ces publications ont pris soudain une valeur inestimable (extrait du programme en ligne).

Suite de l’article sur « L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie »

La Newsletter du CIPA de janvier 2017 est parue, avec des illustrations des résultats de la photogrammétrie de l’escalier hélicoïdal dans l’article Work in Progress on the Palatine.

Newsletter 11

 

 

 

 

Lire la suite

L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie

mobilier de fouilleLes vestiges de la cenatio rotunda sur le Palatin (Rome). Nathalie André en collaboration avec Françoise Villedieu.

Intervention au colloque « Photogrammétrie numérique et perception 3D : les nouvelles conquêtes », ENSG, mars 2016.

Vers le diaporama de la présentation

colloque_sfpt_palatin-v2

.

« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »

delphesLe reportage évoque rapidement le travail de restitution numérique réalisé sur le sanctuaire d’Athéna à Delphes et sur la Tholos en particulier dès 1996 avec le soutien d’EDFamandry

Il est particulièrement intéressant car dans la deuxième partie du reportage le scénario est construit comme un aller-retour entre les témoignages de deux « personnages » : celui du  « vieil homme » au milieu des blocs d’architecture et dans la nature  (il s’agit de P. Amandry -et pas Armandry comme il est dit et écrit- ancien directeur de l’Ecole Française d’Athenes)  et celui de « l’archéologue » moderne devant son ordinateur et dans son bureau (l’architecte  D. Laroche).

Cependant, le scénario ne conduit pas à un nouveau remake du combat entre les anciens et des modernes. Au contraire, c’est l’idée de la complémentarité des approches anciennes (« la matière, le toucher et la vue ») et de la technique moderne (« le virtuel ») qui se dégage.

Citer ce billet : Alain Badie, "« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »," sur RAAN, 13/07/2016, http://raan.hypotheses.org/926.

vers la video

sur le site Mediterranean Memory

 

Le théâtre antique de Marseille : le blog de la 6ème archéologie du collège Vieux Port à Marseille

logo_vieuxportDans la cour du collège Vieux Port à Marseille sont conservés en place quelques blocs des premiers gradins et d’un escalier de la cavea du théâtre antique.

Les élèves de la 6ème archéo travaillent tout au long de l’année sur des thèmes concernant les vestiges de ce monument et ont invité les membres de l’IRAA à venir présenter leurs recherches. Lien vers le blog de la 6ème archéo.

Qu’ils en soit tous remerciés ainsi que Mme M. Otero professeur d’histoire et géographie et coordinatrice de la classe Archéo et M. G. Thomas professeur de mathématiques.

Réflexion sur le dessin par Salomon Reinach

Citation

RPGR_Exemple

« Il y a d’ailleurs nombre de peintures et de mosaïques que je connais autrement que par des descriptions et que je n’ai pourtant pu reproduire, faute de dessins utilisables ; on publie de nos jours trop de phototypies et de zincogravures qu’il est impossible de calquer au trait parce qu’on ne saurait y distinguer des contours. Toute édition princeps de ce genre devrait être accompagnée d’un dessin ; c’est l’équivalent de la traduction en langue moderne d’un texte inédit grec ou latin, et c’est aussi le plus loyal des commentaires. Ceux qui s’en dispensent sont des paresseux, ou des gens qui veulent se donner l’air de comprendre ce qu’ils ne comprennent souvent qu’à moitié. »

Salomon Reinach, Répertoire de Peintures Grecques et Romaines (RPGR), Paris, 1922, p. vii, références de la figure : Pomp. RB. V, 29, RPGR, p. 383.

Très beau livre qui illustre merveilleusement les vertus du dessin pour l’analyse et la comparaison des formes : à consulter ici.