BIM dans l’appartement-atelier de Le Corbusier!

L’équipe de RAAN s’intéresse depuis longtemps à l’application des BIM (Building Information Modeling) aux édifices anciens. La récente conférence de Simohamed BOURAS sur les possibilités du logiciel BIM REVIT dans ce domaine lors du séminaire « Relevé/Restitution » à la MMSH d’Aix-en-Provence en juin 2017, nous a apporté un regard neuf sur la question. Aujourd’hui, de nombreux projets sont en cours qui permettront une gestion globale de sites complexes en associant autour d’un modèle 3D, les données archéologiques, historiques et techniques. Parmi ces projets, celui lancé par la Fondation Le Corbusier à l’occasion de la restauration de son appartement-Atelier de la rue Nungesser-et-Coli, à Paris, devrait être accessible aux chercheurs et permettra d’implémenter la connaissance de ce monument historique.

Appartement-atelier de Le Corbusier, immeuble Molitor,24 rue Nungesser-et-Coli Photo : Olivier Martin-Gambier 2005© FLC/ADAGP

La Fondation Le Corbusier a lancé en janvier 2017 une importante campagne de travaux de restauration de l’appartement-atelier de Le Corbusier, 24, rue Nungesser et Coli. Ces travaux ont pour objectif de remettre l’appartement dans la situation la plus proche de l’année 1965, date de la mort de Le Corbusier. A cette occasion, la Fondation Le Corbusier a lancé la création d’un maquette numérique de l’appartement.

Cette mission a été confiée à Didier Groux, expert en pathologie du bâti ancien, et Mathieu Bruez, ingénieur des Mines, qui réalisent « un document de synthèse sur le système constructif de l’appartement et son état de conservation. Fondée tout à la fois sur des documents d’archive, des relevés, des sondages et des investigations menées à l’aide d’une caméra thermique infrarouge et d’un ferroscan, cette maquette numérique modélise le processus constructif en 3D. Elle est associée à la base de données qui rassemble désormais les sources d’information – pléthoriques mais jusque-là éparses – et peut notamment être interrogée par composant (briques, poignée de porte, etc.). Il s’agit ainsi d’un outil aussi novateur que performant, constitué à partir du repérage exhaustif des matériaux et procédés de construction auxquels Le Corbusier a eu recours pour son appartement-atelier. »

Vers le site de la Fondation Le Corbusier

Récolement de la maquette BIME Photo : Société A-BIME

« L’objectif était d’adapter le logiciel BIME, conçu pour la création architecturale,  à l’intervention sur les édifices historiques (et à son archivage). En l’occurrence, tous les composants ont été modélisés indépendamment, constituant une bibliothèque de composants visualisables individuellement, mais qui peuvent aussi être interrogeables transversalement. L’ensemble des documents d’archive retrouvés pour l’occasion sont intégrés dans une base de données articulée à la maquette numérique. Cette maquette est également un outil d’aide à la décision pour le maître d’ouvrage. L’outil peut être participatif et enrichi de nouvelles données ; il peut aussi servir de base à des outils de médiation. »

La Fondation souhaite que cet outil soit utile à la recherche et s’interroge notamment sur les rubriques pertinentes et une ergonomie adaptée aux chercheurs. Elle invite donc les collègues intéressés (les doctorants sont aussi les bienvenus) à venir réfléchir sur ce prototype, mis au point pour l’appartement de Le Corbusier.

Une réunion est organisée sur place, 24 rue Nungesser-et-Coli, le mercredi 13 décembre à 15 heures. La réunion sera précédée à 14h d’une visite du chantier de l’appartement avec Bénédicte Gandini, l’architecte de la Fondation, qui pilote la restauration menée par l’agence François-Chatillon. (Pour toute question, adressez-vous à: benedicte.gandini@fondationlecorbusier.fr)

Exemple de modélisation 3D à partir de plans 2D © A-BIME

Voir aussi:

Site de l’entreprise A-BIME (Ancien Bâtiment Informatisé Modélisé Expertisé)

 

Sur les BIM et le patrimoine, Vous trouverez d’intéressants articles et liens sur:

« Le BIM et les exigences du patrimoine » in BIM, TIC & Logiciels, Ecole des Ponts

 

Vocabulaire de géométrie pour l’architecture… et l’archéologie ?

Dans le domaine de l’archéologie, la description d’une forme architecturale est réalisée le plus souvent en employant le vocabulaire conventionnel de l’architecture qui varie selon les époques ou les sociétés étudiées. En archéologie classique, l’ouvrage consacré est le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine de R. Ginouvès et alii. Désigner une forme à l’aide de ce vocabulaire revient à reconnaître son rôle architectonique. Dès lors que le terme fonctionnel et la forme ne coïncident pas exactement ou qu’aucun terme adéquat ne permet de désigner ou d’expliquer une forme, le recours au vocabulaire de la géométrie peut s’avérer d’un grand secours.

Le vocabulaire de la géométrie pour l’architecture, publié par Pascal Terracol* en 2017, présente les clés de la description géométrique des formes architecturales. Cet ouvrage permet de définir ces formes non seulement par la géométrie euclidienne mais également sous l’angle des géométries analytique et paramétrique. Celles-ci sont intrinsèquement liées aux outils numériques qui sont communément employés aujourd’hui – les logiciels de dessin vectoriel notamment. Leur emploi s’avère en outre particulièrement intéressant pour le traitement et l’analyse des nuages de points et des maillages tridimensionnels issus de l’acquisition numérique, par scanners lasers ou levés photogrammétriques, des monuments ou des sites archéologiques.

Dans le cadre du séminaire de l’IRAA, organisé par C. Durvye et A. Desmars, Pascal Terracol présentera les vertus de la géométrie analytique
dans le domaine des études architecturales
(cas de la mosquée de Samarra en Irak)
le 8 décembre 2017 à la MMSH d’Aix-en-Provence (10 h, salle 7).

(affiche : A. Desmars)
*Pascal Terracol, docteur en géographie de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, est maître-assistant à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine.

L’interdisciplinarité au service de l’archéologie. Les peintures murales de la nécropole romaine de Cumes

Sur une idée originale et un scénario de Dorothée Neyme (doctorante à l’IRAA) et de Claude Pouzadoux
Société de production : Tilapia
Metteur en scène : Fulvio Iannucci

Production : Labexmed, CNRS et  CJB

vers la video

Le projet d’étude et de conservation du mausolée A 41 de Cumes en Italie du sud, présenté par le Centre Jean Bérard de Naples (CNRS/EFR) et l’IRAA, constitue un événement de culture scientifique et technique innovant par l’articulation étroite entre la collaboration de différents métiers de la recherche et la mise en œuvre d’un documentaire pour présenter les étapes, les méthodes et les résultats de cette enquête à des publics variés. L’objectif est de faire connaître à travers un film l’apport à l’histoire des arts et de l’artisanat antiques du croisement entre les méthodes classiques du relevé et de l’observation à l’œil nu, les nouvelles technologies et les sciences de la terre et de la matière. Elle vise aussi à former des étudiants de plusieurs pays européens aux métiers de l’étude de la peinture antique et de la conservation du patrimoine.

Partenaires : Centre Jean Bérard, Centre national de la recherche scientifique, Ecole française de Rome, Soprintendenza per i beni archeologici di napoli avec le soution du LabexMed : Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée.


 

 

LA CENATIO ROTUNDA un édifice hors du commun

Un film de Christine Durand (CCJ CNRS/AMU)

En 2009, à Rome sur le Palatin, Françoise Villedieu, archéologue au Centre Camille Jullian/CNRS-AMU et directrice des fouilles menées par la Surintendance de Rome et l’Ecole Française de Rome, mettait au jour la fameuse salle à manger tournante de Néron: la Cenatio Rotunda.

 

Lire la suite

Reflectance Transformation Imaging (RTI) et épigraphie

Le Reflectance Transformation Imaging (RTI) est une technologie développée au début des années 2000 par le Cultural Heritage Imaging, corporation à but non lucratif consacrée à la préservation du patrimoine par la diffusion de nouvelles technologies. Elle permet de produire une image dynamique à partir d’une série de photographies frontales sous des éclairages artificiels différents. En manipulant la lumière à la souris sur un ordinateur, on peut déceler dans l’image les profondeurs les plus infimes.

Citer ce billet : Jeanne Capelle, "Reflectance Transformation Imaging (RTI) et épigraphie," sur RAAN, 20/02/2017, http://raan.hypotheses.org/1326.

Lire la suite

Predictive Digitisation of 3D objects

Voici un lien vers une video qui date d’un an et qui montre l’usage d’un nouveau logiciel predictive-digitizationcréé grâce au projet Presious, financé par la communauté européenne (2013-2016). Ce logiciel permet de restituer les parties manquantes d’un modèle numérique 3d incomplet à partir d’un catalogue d’objets du même type. Ce logiciel semble particulièrement adapté  à l’étude de la céramique, mais il permet également de predictive-digitization2compléter des éléments architectoniques incomplets ou de quantifier la dégradation advenue sur un monument.

http://www.presious.eu/

Vers la video youtube

L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie

mobilier de fouilleLes vestiges de la cenatio rotunda sur le Palatin (Rome). Nathalie André en collaboration avec Françoise Villedieu.

Intervention au colloque « Photogrammétrie numérique et perception 3D : les nouvelles conquêtes », ENSG, mars 2016.

Vers le diaporama de la présentation

colloque_sfpt_palatin-v2

.

Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions

Pauline SALANAVE PEHE

Pendant mes deux années d’études en Master archéologie préventive à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, j’ai pratiqué l’impression 3D. La première année s’est déroulée sous la direction de François Quantin et de Frédéric Léonardi tandis que la seconde année a été dirigée par Françoise Des Boscs et par Frédéric Léonardi.

Citer ce billet : Pauline Salanave, "Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions," sur RAAN, 08/11/2016, http://raan.hypotheses.org/1022.
  1. Numériser pour imprimer en 3D l’état actuel du chapiteau

La première année, diverses techniques qui permettent d’analyser des blocs d’architecture ont été explorées, et en particulier, celle de l’impression 3D. Un chapiteau gallo-romain provenant de la villa du Pont d’Oly à Jurançon, dont certaines parties sont abîmées, a été utilisé comme support de travail. Grâce à la photogrammétrie, le chapiteau a été numérisé dans le but d’être imprimé en 3D (figure 1).

chapiteau_fig_001

Figure 1 : photo du chapiteau, numérisation et impression 3D

Lire la suite

« Puzzles à Delos », CNRS IMAGES et EFA 2005

vers la video

Le reportage présente dans sa première partie bien développée, l’analyse architecturale et archéologique du théâtre de Délos theatre delosmenée par Jean-Charles Moretti (IRAA CNRS) et Philippe Fraisse (Ecole d’architecture de Strasbourg).Les restitutions sont illustrées par les maquettes numériques réalisées par Frédéric Muller  (Ecole d’architecture de Strasbourg). Apparaissent aussi A. Oziol, A. Sinossian (DESS architecture et archéologie, Strasbourg) et R. Etienne (ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes) ainsi que Cécile Durvye (IRAA, AMU)

 

Comment calculer les dimensions d’un bloc avec son nuage de points ?

Un petit article qui présente un bilan de mes réflexions depuis 2010, qu’il m’a paru utile de mettre en forme et de jeter dans le carnet « RAAN » comme une bouteille à la mer… Merci d’avance à ceux qui seront intéressés et qui voudront bien les poursuivre…

J’ai tenté de définir ce qu’est un nuage de points et ce qu’est un modèle géométrique d’un objet architectural (une simplification de la forme à l’aide de figures géométriques élémentaires) afin de montrer l’intérêt qu’il y a à passer de l’un à l’autre et de proposer des outils mathématiques qui permettent ce passage et qui pourront être intégrés sous forme de programmes dans les logiciels.

Il existe différentes méthodes de représentation du nuage de points d’un bloc par des figures géométriques élémentaires. Ainsi, en partant de l’exemple d’un tambour de fût, je présente quelques techniques traditionnelles de détermination du centre d’un cercle et de son diamètre simplement à partir de 2 ou 3 points du nuage, judicieusement sélectionnés. Dans le cas de formes plus complexes et surtout en présence d’objets architecturaux fragmentés, il est possible d’utiliser des techniques d’ajustement basées notamment sur la régression, prenant en compte un plus grand nombre de points du nuage, afin de caractériser de façon plus précise le modèle qui fournira le meilleur ajustement. Ces techniques requièrent l’utilisation de logiciels car les calculs mis en œuvre sont plus lourds.

Citer ce billet : Jean-Jacques Malmary, "Comment calculer les dimensions d’un bloc avec son nuage de points ?," sur RAAN, 26/06/2016, http://raan.hypotheses.org/805.

Lire la suite

Perception et représentation numériques en architecture et archéologie

RECHERCHE, ART ET PRATIQUES NUMERIQUES #5

IMG_RAAN_CR_Phtgrm
« Perception et représentation numériques en architecture et archéologie »

Nathalie André (architecte-archéologue, IRAA, CNRS/Aix Marseille Université)
Résumé : antiAtlas des frontières

IMéRA
2 place le Verrier
13004 Marseille
Mercredi 25 mai 2016 – 10 h à 12 h 30

Le relevé du socle de la Victoire de Samothrace, complémentarité du dessin et de la 3D

NIKH_photoNBEn 2014 au musée du Louvre, la restauration de la Victoire de Samothrace entraine le démontage du monument et le désassemblage complet de sa base en forme de proue de navire. L’IRAA réalise le relevé intégral des 24 blocs de cette construction remarquable, avec la mise en œuvre de la photogrammétrie 3D intégrée au protocole de relevé et d’étude architectonique.
NIKH_blocNB
La Victoire de Samothrace après restauration et le maillage tridimensionnel d’un bloc des caisses de rames, © Nicolas Bresch, IRAA Paris.

Le film sur la restauration à l’initiative du Louvre, à voir absolument :

Le relevé d’architecture, entre subjectivité et objectivité

« Le relevé d’un édifice est un processus complexe qui débute par une phase de lecture et d’analyse de l’organisme architectonique et qui s’achève par sa restitution graphique. Certaines phases de ce processus sont interprétatives et donc subjectives et d’autres doivent être objectives.

Pour relever une architecture, il n’est pas possible de mesurer l’infinité de points qui la constitue. Une opération de simplification de l’image doit être menée, c’est-à-dire qu’il faut réduire la réalité à un schéma, en décidant ce qui doit être mesuré. Cette première phase de détermination des points à relever a un caractère subjectif, qui est dépendant du langage architectonique du bâtiment (suivant l’époque ou la nature de l’édifice, les éléments architectoniques à relever sont différents) ou de la raison pour laquelle le relevé est mené. Ainsi les points choisis pour être relevés doivent être significatifs pour pouvoir mettre en relief les qualités formelles de l’œuvre.

L’autre phase qui a un caractère interprétatif se présente au moment de la transcription graphique à une échelle de réduction particulière : dans ce cas également il faut décider ce qui doit être dessiné et ce qui peut disparaitre.

En revanche l’opération de mesure a un caractère objectif et doit être menée en fixant une méthode présentant un degré élevé de précision. » (trad. Zugmeyer)

Docci e D. Maestri, Manuale del rilevamento architettonico e urbano , Ed. Laterza 1994