BIM dans l’appartement-atelier de Le Corbusier!

L’équipe de RAAN s’intéresse depuis longtemps à l’application des BIM (Building Information Modeling) aux édifices anciens. La récente conférence de Simohamed BOURAS sur les possibilités du logiciel BIM REVIT dans ce domaine lors du séminaire « Relevé/Restitution » à la MMSH d’Aix-en-Provence en juin 2017, nous a apporté un regard neuf sur la question. Aujourd’hui, de nombreux projets sont en cours qui permettront une gestion globale de sites complexes en associant autour d’un modèle 3D, les données archéologiques, historiques et techniques. Parmi ces projets, celui lancé par la Fondation Le Corbusier à l’occasion de la restauration de son appartement-Atelier de la rue Nungesser-et-Coli, à Paris, devrait être accessible aux chercheurs et permettra d’implémenter la connaissance de ce monument historique.

Appartement-atelier de Le Corbusier, immeuble Molitor,24 rue Nungesser-et-Coli Photo : Olivier Martin-Gambier 2005© FLC/ADAGP

La Fondation Le Corbusier a lancé en janvier 2017 une importante campagne de travaux de restauration de l’appartement-atelier de Le Corbusier, 24, rue Nungesser et Coli. Ces travaux ont pour objectif de remettre l’appartement dans la situation la plus proche de l’année 1965, date de la mort de Le Corbusier. A cette occasion, la Fondation Le Corbusier a lancé la création d’un maquette numérique de l’appartement.

Cette mission a été confiée à Didier Groux, expert en pathologie du bâti ancien, et Mathieu Bruez, ingénieur des Mines, qui réalisent « un document de synthèse sur le système constructif de l’appartement et son état de conservation. Fondée tout à la fois sur des documents d’archive, des relevés, des sondages et des investigations menées à l’aide d’une caméra thermique infrarouge et d’un ferroscan, cette maquette numérique modélise le processus constructif en 3D. Elle est associée à la base de données qui rassemble désormais les sources d’information – pléthoriques mais jusque-là éparses – et peut notamment être interrogée par composant (briques, poignée de porte, etc.). Il s’agit ainsi d’un outil aussi novateur que performant, constitué à partir du repérage exhaustif des matériaux et procédés de construction auxquels Le Corbusier a eu recours pour son appartement-atelier. »

Vers le site de la Fondation Le Corbusier

Récolement de la maquette BIME Photo : Société A-BIME

« L’objectif était d’adapter le logiciel BIME, conçu pour la création architecturale,  à l’intervention sur les édifices historiques (et à son archivage). En l’occurrence, tous les composants ont été modélisés indépendamment, constituant une bibliothèque de composants visualisables individuellement, mais qui peuvent aussi être interrogeables transversalement. L’ensemble des documents d’archive retrouvés pour l’occasion sont intégrés dans une base de données articulée à la maquette numérique. Cette maquette est également un outil d’aide à la décision pour le maître d’ouvrage. L’outil peut être participatif et enrichi de nouvelles données ; il peut aussi servir de base à des outils de médiation. »

La Fondation souhaite que cet outil soit utile à la recherche et s’interroge notamment sur les rubriques pertinentes et une ergonomie adaptée aux chercheurs. Elle invite donc les collègues intéressés (les doctorants sont aussi les bienvenus) à venir réfléchir sur ce prototype, mis au point pour l’appartement de Le Corbusier.

Une réunion est organisée sur place, 24 rue Nungesser-et-Coli, le mercredi 13 décembre à 15 heures. La réunion sera précédée à 14h d’une visite du chantier de l’appartement avec Bénédicte Gandini, l’architecte de la Fondation, qui pilote la restauration menée par l’agence François-Chatillon. (Pour toute question, adressez-vous à: benedicte.gandini@fondationlecorbusier.fr)

Exemple de modélisation 3D à partir de plans 2D © A-BIME

Voir aussi:

Site de l’entreprise A-BIME (Ancien Bâtiment Informatisé Modélisé Expertisé)

 

Sur les BIM et le patrimoine, Vous trouverez d’intéressants articles et liens sur:

« Le BIM et les exigences du patrimoine » in BIM, TIC & Logiciels, Ecole des Ponts

 

Application du numérique : une expérience de taille robotisée

Née à la fin du VIème s. av. J.-C., la démocratie athénienne met en place les procédures de vote et de désignation qui la caractérisent, avec une part prépondérante jouée par le tirage au sort.

Pour le tirage au sort on utilise une machine spécifique : le klèrôtèrion, sorte de stèle à décor architecturé, creusée de colonnes de rainures et munie d’accessoires de métal et de bois. De premiers vestiges en sont découverts à la fin du XIXème s. par la Société archéologique grecque, l’essentiel du corpus étant mis au jour par les fouilles de l’École américaine sur l’agora d’Athènes, au cours du XXème s. L’étude est reprise en 2009, dans les sites et musées grecs et avec le soutien de l’École française d’Athènes, par Liliane Lopez-Rabatel (IRAA Lyon) en collaboration avec Nicolas Bresch (IRAA Paris), qui réalisent des maquettes grandeur nature pour tester leurs restitutions. En 2017, le projet d’une réplique en pierre est sélectionné par le Salon du CNRS Innovatives SHS, à des fins de présentation et d’expérimentation, dont la réalisation est rendue possible par le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la MOM et de la direction de l’InSHS. À partir du modèle numérique 3D d’une des restitutions proposées, un exemplaire en état de fonctionnement est taillé dans un bloc de calcaire marbrier, par le robot sculpteur d’une société spécialisée. vers la video

LA CENATIO ROTUNDA un édifice hors du commun

Un film de Christine Durand (CCJ CNRS/AMU)

En 2009, à Rome sur le Palatin, Françoise Villedieu, archéologue au Centre Camille Jullian/CNRS-AMU et directrice des fouilles menées par la Surintendance de Rome et l’Ecole Française de Rome, mettait au jour la fameuse salle à manger tournante de Néron: la Cenatio Rotunda.

 

Lire la suite

Suite de l’article sur « L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie »

La Newsletter du CIPA de janvier 2017 est parue, avec des illustrations des résultats de la photogrammétrie de l’escalier hélicoïdal dans l’article Work in Progress on the Palatine.

Newsletter 11

 

 

 

 

Lire la suite

L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie

mobilier de fouilleLes vestiges de la cenatio rotunda sur le Palatin (Rome). Nathalie André en collaboration avec Françoise Villedieu.

Intervention au colloque « Photogrammétrie numérique et perception 3D : les nouvelles conquêtes », ENSG, mars 2016.

Vers le diaporama de la présentation

colloque_sfpt_palatin-v2

.

« Le Banquet de Marseille à Rome : Plaisirs et Jeux de Pouvoirs »

le-banquet-de-marseille-a-rome-vieille-charitemaquette-neron

L’exposition « Le Banquet de Marseille à Rome : Plaisirs et Jeux de Pouvoirs » a pour objectif de montrer l’importance du symposion et de reconstituer le déroulement d’un banquet antique

Elle se déroule à Marseille au « Musée d’Archéologie Méditerranéenne : les civilisations antiques du bassin méditerranéen » du 3 décembre 2016 au 30 juin 2017

Voir le reportage FR3

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h,
fermeture les lundis à l’exception des lundis de Pâques et Pentecôte, le 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 et 26 décembre.

Vers le Musée d’archéologie Méditerranéenne

Vers le site de l’Ecole centrale de Nantes

Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions

Pauline SALANAVE PEHE

Pendant mes deux années d’études en Master archéologie préventive à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, j’ai pratiqué l’impression 3D. La première année s’est déroulée sous la direction de François Quantin et de Frédéric Léonardi tandis que la seconde année a été dirigée par Françoise Des Boscs et par Frédéric Léonardi.

Citer ce billet : Pauline Salanave, "Un chapiteau gallo-romain imprimé en trois dimensions," sur RAAN, 08/11/2016, http://raan.hypotheses.org/1022.
  1. Numériser pour imprimer en 3D l’état actuel du chapiteau

La première année, diverses techniques qui permettent d’analyser des blocs d’architecture ont été explorées, et en particulier, celle de l’impression 3D. Un chapiteau gallo-romain provenant de la villa du Pont d’Oly à Jurançon, dont certaines parties sont abîmées, a été utilisé comme support de travail. Grâce à la photogrammétrie, le chapiteau a été numérisé dans le but d’être imprimé en 3D (figure 1).

chapiteau_fig_001

Figure 1 : photo du chapiteau, numérisation et impression 3D

Lire la suite

Brève : l’imitation du dessin par les techniques de traitement numérique de l’image

En passant

Une application de « smartphone », sortie récemment, permet de transformer une photographie en dessin, aquarelle, peinture au couteau ou dessin à la craie grasse (Prisma (c)). Les logiciels de traitement de l’image, comme Adobe Photoshop (c) par exemple, proposaient déjà des outils de ce type mais l’application dont il est question ici révèle une avancée marquante dans ce domaine. Le résultat de la transformation d’une photographie en dessin crayonné ou en peinture est assez impressionnant.

athenes_caryatides_00bDe la photo originale…athenes_caryatides_01 …à l’imitation du dessin crayonné… athenes_caryatides_03… à l’imitation d’une peinture.
(Maison aux Caryatides, Athènes)

Outre les logiciels de traitement de l’image, la plupart des logiciels de dessin vectoriel proposent toute une série d’outils permettant d’imiter le dessin « à la main qui tremble ».
Ces outils permettent ainsi d’atténuer la rigidité du trait informatique et d’imiter le dessin fait main.

Dès lors, ces nouveaux outils qui, il faut l’admettre, sont assez prodigieux, suscitent de nombreuses d’interrogations : n’y aurait-il alors qu’un pas encore à franchir vers la réalisation automatisée de dessins techniques à « la ligne claire » sur la base de photographies ? Ne sera-t-il plus nécessaire d’apprendre à dessiner pour relever et représenter les monuments antiques ? Là encore, nous pouvons constater, qu’à l’instar de nombreux autres progrès techniques, l’emploi d’une nouvelle technique commence d’abord par le désir d’imiter les anciennes. Le dessin numérique imite le dessin manuel, mais est-ce bien pertinent, n’y a-t-il pas d’autres voies à envisager ?

« Puzzles à Delos », CNRS IMAGES et EFA 2005

vers la video

Le reportage présente dans sa première partie bien développée, l’analyse architecturale et archéologique du théâtre de Délos theatre delosmenée par Jean-Charles Moretti (IRAA CNRS) et Philippe Fraisse (Ecole d’architecture de Strasbourg).Les restitutions sont illustrées par les maquettes numériques réalisées par Frédéric Muller  (Ecole d’architecture de Strasbourg). Apparaissent aussi A. Oziol, A. Sinossian (DESS architecture et archéologie, Strasbourg) et R. Etienne (ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes) ainsi que Cécile Durvye (IRAA, AMU)

 

Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)

A_Chap_Ionique_Def_limites_10eVoici une nouvelle version du manuel « IRAA » de Photoscan qui s’adresse aux étudiants et aux chercheurs qui ne disposent et n’utilisent que ce logiciel pour la chaîne opératoire de l’acquisition à la réalisation d’ortho-images.
Dans ce nouveau manuel, une méthode est proposée pour la réalisation d’ortho-images du fac-similé 3D des 6 faces d’un bloc directement sur Photoscan :
– à l’échelle (rapport de nombres entiers : 1, 1/2, 1/5, etc…),
– et en correspondance géométrique les unes par rapport aux autres.

Je remercie Marc Panneau et Laurent Borel qui ont suscité dernièrement la réalisation de ce nouveau chapitre du manuel. Il m’a paru nécessaire de le faire assez rapidement pour  les étudiants qui s’initient à cette technique et me demandent des conseils. La réalisation d’ortho-images peut être plus aisément effectuée avec d’autres logiciels dont les outils sont plus performants ou moins contraignants mais mon objectif principal est de simplifier la vie des utilisateurs et qu’ils puissent travailler sereinement sans devoir se familiariser avec mille autres logiciels. Il est important de préciser que les ortho-images issues de Photoscan peuvent avoir une bien meilleure résolution que celles issues d’un maillage tridimensionnel texturé qui a été exporté vers un autre format.

C’est une première version, sans doute pleine de non-dits et d’erreurs de frappe. Toutes améliorations ou précisions partagées seront bienvenues.

Avertissement aux utilisateurs
Il ne faut pas que ce manuel devienne un presse-bouton « pousse au crime » et j’attends beaucoup de ceux qui le critiqueront pour qu’il puisse être amélioré (notamment les photogrammètres, les photographes, les architectes et les archéologues qui sont rompus à ce genre d’exercice).
À ceux qui l’utilisent et qui l’estiment suffisant pour leurs études, sachez que, si ces nuages deviennent des objets « patrimoniaux » et ne sont plus seulement considérés comme des aides au relevé classique (les erreurs de construction des modèles 3D peuvent dans ces cas-là être considérées comme quantités négligeables), il sera fortement recommandé de suivre un guide des bonnes pratiques.
Ainsi, une amélioration essentielle devra consister à préciser les précautions d’usage lors de l’acquisition et de la construction du nuage de points. Ces précautions sont indispensables pour produire des nuages de points pour lesquels les correspondances métriques et morphologiques avec l’objet réel sont réellement bien contrôlées. Elles impliquent de bonnes notions en photographie et en topographie (ex : étalonnage de l’optique de l’appareil photo, évaluation de l’erreur pixel et de l’erreur métrique, etc…).

Photoscan_ModeEmploi_2016

Jean-Jacques Malmary

Citer ce billet : Jean-Jacques Malmary, "Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)," sur RAAN, 23/06/2016, http://raan.hypotheses.org/779.

Le relevé du socle de la Victoire de Samothrace, complémentarité du dessin et de la 3D

NIKH_photoNBEn 2014 au musée du Louvre, la restauration de la Victoire de Samothrace entraine le démontage du monument et le désassemblage complet de sa base en forme de proue de navire. L’IRAA réalise le relevé intégral des 24 blocs de cette construction remarquable, avec la mise en œuvre de la photogrammétrie 3D intégrée au protocole de relevé et d’étude architectonique.
NIKH_blocNB
La Victoire de Samothrace après restauration et le maillage tridimensionnel d’un bloc des caisses de rames, © Nicolas Bresch, IRAA Paris.

Le film sur la restauration à l’initiative du Louvre, à voir absolument :

De la vraie 3D… Actualité des techniques

Une petite note en passant sur une expérience d’impression 3D à Athènes et sur une autre technique que je viens de découvrir : le stylo qui permet de dessiner en 3D ! Bien que cela ne fasse pas partie des objectifs de ce carnet hypothèses, faire l’actualité des nouvelles techniques passe inévitablement par la publicité des fabricants. Les premiers dont il est question sont grecs, c’est une façon d’encourager leurs entreprises innovantes qui en ont bien besoin.

L’impression 3D
À la demande du directeur de l’École Française d’Athènes, je suis allé voir rue Massalias, à deux pas de l’Éfa, des ingénieurs qui conçoivent et fabriquent des imprimantes 3D (site web). Le prix de ces imprimantes ne cesse de baisser et elles seront très bientôt à la portée de tous. Au même titre que les logiciels de photogrammétrie par corrélation dense, l’impression 3D est en voie de se démocratiser. C’est le moment ou jamais de réfléchir à ses applications dans l’étude des monuments antiques.
IMG_4847  IMG_4851
La fidélité de l’objet imprimé à l’objet réel est encore assez faible. Les traces d’outils ne sont pas très visibles et le rendu des moulurations est encore assez grossier. Les possibilités d’analyse de ce type d’objet sont donc encore insuffisantes en comparaison avec un rapport direct à l’objet original. En revanche, cette technique aura très certainement de très bonnes applications dans l’élaboration d’hypothèses de restitution sous forme de maquettes.

Le dessin 3D
Un nouveau gadget à tester. Encore une raison d’insister sur le fait que le dessin n’est pas mort ! Au contraire, il va lui aussi pouvoir être effectué en trois dimensions. Il semble que ce soit la même technique et la même pâte plastique que celles qui sont employées pour les imprimantes 3D.
Pour voir la vidéo d’un fabricant : Le stylo 3D. Tout cela est certes très filaire et il sera difficile de représenter la massivité d’un monument antique. Mais on trouvera bien des applications intéressantes, peut-être pour des restaurations ou des restitutions complétant les objets 3D imprimés.

« Dire l’architecture dans l’Antiquité » sous la direction de Renaud Robert, ancien directeur de l’IRAA, professeur de langue et littérature latines à l’Université de Bordeaux – Montaigne, EA 4593 (CLARE)

Dire l'architecture R. Robert dir.

« Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des études actuelles sur les liens entre arts visuels et langage dans l’Antiquité classique. Si le vocabulaire architectural a depuis longtemps suscité l’intérêt des spécialistes, aucune réflexion globale sur les rapports entre l’architecture et le langage n’avait encore été entreprise. Explorer les rapports entre le texte et l’architecture revient à s’interroger sur la place et la fonction du monument dans la cité antique. La nécessité, pour les autorités civiques, de nommer, de classer ou de désigner les constructions a favorisé le développement d’une nomenclature juridique et d’un lexique technique. La beauté architecturale de ses bâtiments contribue au prestige de la ville. De ce fait, le monument acquiert un statut symbolique qui explique l’importance accordée aux descriptions architecturales dans la littérature ancienne. Ce statut privilégié du bâti explique qu’en retour le modèle architectural ait pu informer la réflexion sur le texte, dont la « construction » est métaphoriquement comparée à l’entreprise de l’architecte. Les contributions réunies dans ce volume se proposent donc d’examiner les différentes manières de « dire l’architecture », prenant en considération un large corpus de textes allant des inscriptions et des traités techniques aux œuvres poétiques. Elles ouvrent la voie à une réflexion sur l’imaginaire occidental de l’architecture.

Renaud Robert, professeur de langue et littérature latines à l’Université de Bordeaux – Montaigne, EA 4593 (CLARE), est spécialiste de l’histoire des idées esthétiques dans l’Antiquité classique.

Ont contribué à cet ouvrage : Joëlle Beaucamp, Frédérique Biville, Charles Davoine, Hélène Dessales, Juan de Dios Borrego, Julien Dubouloz, Cécile Durvye, Pierre Gros, Marie-Christine Hellmann, Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Virginie Mathé, Christine Mauduit, Antonio Monterroso Checa, José Antonio Morena López, Jean-Charles Moretti, Évelyne Prioux, Sylvie Rougier-Blanc, Catherine Saliou, Ángel Ventura Villanueva »

Lien vers la collection