« Dire l’architecture dans l’Antiquité » sous la direction de Renaud Robert, ancien directeur de l’IRAA, professeur de langue et littérature latines à l’Université de Bordeaux – Montaigne, EA 4593 (CLARE)

Dire l'architecture R. Robert dir.

« Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des études actuelles sur les liens entre arts visuels et langage dans l’Antiquité classique. Si le vocabulaire architectural a depuis longtemps suscité l’intérêt des spécialistes, aucune réflexion globale sur les rapports entre l’architecture et le langage n’avait encore été entreprise. Explorer les rapports entre le texte et l’architecture revient à s’interroger sur la place et la fonction du monument dans la cité antique. La nécessité, pour les autorités civiques, de nommer, de classer ou de désigner les constructions a favorisé le développement d’une nomenclature juridique et d’un lexique technique. La beauté architecturale de ses bâtiments contribue au prestige de la ville. De ce fait, le monument acquiert un statut symbolique qui explique l’importance accordée aux descriptions architecturales dans la littérature ancienne. Ce statut privilégié du bâti explique qu’en retour le modèle architectural ait pu informer la réflexion sur le texte, dont la « construction » est métaphoriquement comparée à l’entreprise de l’architecte. Les contributions réunies dans ce volume se proposent donc d’examiner les différentes manières de « dire l’architecture », prenant en considération un large corpus de textes allant des inscriptions et des traités techniques aux œuvres poétiques. Elles ouvrent la voie à une réflexion sur l’imaginaire occidental de l’architecture.

Renaud Robert, professeur de langue et littérature latines à l’Université de Bordeaux – Montaigne, EA 4593 (CLARE), est spécialiste de l’histoire des idées esthétiques dans l’Antiquité classique.

Ont contribué à cet ouvrage : Joëlle Beaucamp, Frédérique Biville, Charles Davoine, Hélène Dessales, Juan de Dios Borrego, Julien Dubouloz, Cécile Durvye, Pierre Gros, Marie-Christine Hellmann, Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Virginie Mathé, Christine Mauduit, Antonio Monterroso Checa, José Antonio Morena López, Jean-Charles Moretti, Évelyne Prioux, Sylvie Rougier-Blanc, Catherine Saliou, Ángel Ventura Villanueva »

Lien vers la collection

Réflexion sur le dessin par Salomon Reinach

Citation

RPGR_Exemple

« Il y a d’ailleurs nombre de peintures et de mosaïques que je connais autrement que par des descriptions et que je n’ai pourtant pu reproduire, faute de dessins utilisables ; on publie de nos jours trop de phototypies et de zincogravures qu’il est impossible de calquer au trait parce qu’on ne saurait y distinguer des contours. Toute édition princeps de ce genre devrait être accompagnée d’un dessin ; c’est l’équivalent de la traduction en langue moderne d’un texte inédit grec ou latin, et c’est aussi le plus loyal des commentaires. Ceux qui s’en dispensent sont des paresseux, ou des gens qui veulent se donner l’air de comprendre ce qu’ils ne comprennent souvent qu’à moitié. »

Salomon Reinach, Répertoire de Peintures Grecques et Romaines (RPGR), Paris, 1922, p. vii, références de la figure : Pomp. RB. V, 29, RPGR, p. 383.

Très beau livre qui illustre merveilleusement les vertus du dessin pour l’analyse et la comparaison des formes : à consulter ici.

La représentation de l’architecture

« Il faut d’abord distinguer le dessin de projet du dessin de relevé, en quelque sorte réciproques l’un de l’autre. Dans le dessin de projet, l’homme de génie doit produire des documents graphiques permettant la réalisation d’un objet qui n’existe que sous forme virtuelle dans son esprit. Dans le dessin de relevé, il faut traduire sur une feuille de papier toute la complexité d’un bâtiment existant. L’architecte est ainsi amené à pratiquer le thème et la version d’un langage graphique permettant de passer du plan à l’espace. »

Joel Sakarovitch, Epures d’architecture, Berlin, 1998.