Présentation de CloudCompare lors des journées « Over The Cloud » (2016)

Citer ce billet : Daniel Girardeau-Montaut, "Présentation de CloudCompare lors des journées « Over The Cloud » (2016)," sur RAAN, 13/07/2018, https://raan.hypotheses.org/1931.

Voici la présentation du logiciel open-source CloudCompare faite lors des journées « Over The Cloud » qui se sont déroulées à la MMSH d’Aix-en-Provence du 15 au 17 Juin 2016.

Présentation CloudCompare 2016

retour au sommaire

Session 2018 « Du relevé à la restitution architecturale »

Cette année, le séminaire Du relevé à la restitution architecturale porté par l’IRAA depuis 2014, prend de l’ampleur et dure 5 jours, grâce au soutien du CCJ-CNRS, du LA3M-CNRS, de l’Ecole doctorale ED355 et du Labexmed. La Ville d’Arles est également partenaire et nous apporte son soutien logistique.

En plus des deux jours de cours théoriques, les étudiants bénéficieront cette année de 3 jours d’atelier en groupes restreints pour se familiariser avec les différentes techniques de relevé architectural.

Les candidatures doivent être envoyées avant le 15 septembre 2018.

Télécharger ici le programme 2018

L’épaisseur du trait

A l’heure où la représentation de l’architecture s’appuie de plus en plus sur des supports numériques, ortho-images ou modèles photogrammétriques photo-réaliste, il nous semble important de revenir sur la notion d’échelle.

Nous avons synthétisé dans un tableau la relation entre l’épaisseur d’un trait et sa grandeur réelle. L’image d’Amina Bech1 sur l’épaisseur du trait de la frontière israélo-palestinienne reportée sur le terrain à échelle 1/1, d’après la carte au 1/20000 des accords d’Oslo, illustre parfaitement notre propos.

Notion d’échelle

Amina Bech

1Amina Bech in A. Petti, S. Hilal, E. Weisman, “Architecture after revolution”, DAAR, Sternberg Press, 2013, A common Assembly with Nicola Perugini, chapter V pp.150-177

 

 

Venice Time Machine

« Au départ, il y a un rêve, celui d’adapter les outils numériques du présent à l’exploration du passé. »

 

 

 

J.-J. Malmary nous parlait début mars de ce grand projet de Digital Humanities de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et l’université Ca’Foscari de Venise.
En complément, le lien vers la présentation de Venice Time Machine par Frédéric Kaplan, porteur du projet, dans le cadre de Vertigo* – Forum Art Innovation – Cycle Mutation/Création du 15 au 18 mars 2017.

https://medias.ircam.fr/x95cc2c

 

* Vertigo, le nouveau Forum international Art-Innovation, se propose de présenter des événements pluridisciplinaires sur la création et l’innovation en musique, art, design et architecture en lien avec les technologies numériques. https://vertigo.ircam.fr/

 

Epigraphie et numérique : quelle incidence des nouvelles technologies sur la discipline et le métier ?

Conférence de Michèle Brunet  (Université Lumière Lyon 2 / UMR 5189 HiSoMA)
Lundi 19 mars 2018 – 18:00
Salle des conférences de l’EFA (École Française d’Athènes)

 

Nous avons déjà abordé sur RAAN, le sujet de la numérisation des inscriptions antiques, voici très prochainement une conférence à Athènes sur ce thème. Elle fait partie d’un cycle de conférences organisé par l’EFA, intitulé « Technologie de la recherche en sciences humaines« . L’objectif est de rassembler les différents acteurs de la recherche autour d’une réflexion sur les outils et les méthodes employés dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, géographie, sociologie) afin de faire connaître des techniques et des spécialités méconnues ou nouvelles, de confronter les expériences et de discuter des bonnes pratiques. Les intervenants sont spécialistes d’analyse spatiale ; des outils de la reconnaissance numérique ; d’analyse des matériaux et des résidus ; de bases de données ; d’analyse des réseaux ; de restauration ; etc. Lire la suite

Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction

Citer ce billet : Alain Badie, "Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction," sur RAAN, 05/03/2018, https://raan.hypotheses.org/1692.


Architecture, archéologie et pratiques numériques :  de l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction. pdf

Voici le diaporama qui accompagnait mon introduction à l’atelier Over the Cloud introduction diapositives

retour au sommaire


Les études d’archéologie de l’architecture se composent de manière schématique de deux étapes principales[1] (diapo 1 et 2):

Premièrement, la phase d’acquisition des données : c’est ce que l’on appelle l’établissement de l’état actuel du bâtiment étudié, des différents vestiges mobiliers et des stratigraphies associés au moment où ils nous sont parvenus. Cet enregistrement s’effectue notamment par des relevés en plan, coupe et des axonométrie des vestiges.

Deuxièmement, la phase d’analyse stratigraphique et architecturale qui permet d’aboutir lorsque cela est possible à différentes restitutions : (diapo 3)

restitution des formes architecturales et de leur composition ; mais aussi

– restitution des chantiers de construction,

– des phases de transformation et d’abandon, et enfin

– restitution du fonctionnement et des usages.

Il faut tout de suite préciser que cette distinction en deux phases est en réalité artificielle puisqu’un relevé n’est pas un enregistrement brut. Le dessin est par définition analytique (même quand on n’en est pas conscient). On dessine ce que l’on comprend et on comprend en dessinant. C’est un aller-retour permanent.

Comme l’ensemble de la recherche scientifique, ces études ont été depuis 30 ans renouvelées par l’émergence puis la diffusion des outils numériques trop souvent confondus sous le terme réducteur de « 3D ». Lire la suite

En passant

Deux groupes de mini-séries sur Arte, l’un sur le projet de numérisation des archives de Venise et l’autre sur les relations entre l’Histoire et les jeux vidéos :
Venice Time Machine
et History’s creed
Le premier traite des BigData et des nouveaux modes d’exploration de la documentation historique et archéologique à partir d’un projet ambitieux de numérisation des archives et de modélisation tridimensionnelle de la ville de Venise (site de l’EPFL). Le second pose entre autres les problèmes posés par la reconstitution du passé dans les jeux vidéos.

BIM dans l’appartement-atelier de Le Corbusier!

L’équipe de RAAN s’intéresse depuis longtemps à l’application des BIM (Building Information Modeling) aux édifices anciens. La récente conférence de Simohamed BOURAS sur les possibilités du logiciel BIM REVIT dans ce domaine lors du séminaire « Relevé/Restitution » à la MMSH d’Aix-en-Provence en juin 2017, nous a apporté un regard neuf sur la question. Aujourd’hui, de nombreux projets sont en cours qui permettront une gestion globale de sites complexes en associant autour d’un modèle 3D, les données archéologiques, historiques et techniques. Parmi ces projets, celui lancé par la Fondation Le Corbusier à l’occasion de la restauration de son appartement-Atelier de la rue Nungesser-et-Coli, à Paris, devrait être accessible aux chercheurs et permettra d’implémenter la connaissance de ce monument historique.

Appartement-atelier de Le Corbusier, immeuble Molitor,24 rue Nungesser-et-Coli Photo : Olivier Martin-Gambier 2005© FLC/ADAGP

La Fondation Le Corbusier a lancé en janvier 2017 une importante campagne de travaux de restauration de l’appartement-atelier de Le Corbusier, 24, rue Nungesser et Coli. Ces travaux ont pour objectif de remettre l’appartement dans la situation la plus proche de l’année 1965, date de la mort de Le Corbusier. A cette occasion, la Fondation Le Corbusier a lancé la création d’un maquette numérique de l’appartement.

Cette mission a été confiée à Didier Groux, expert en pathologie du bâti ancien, et Mathieu Bruez, ingénieur des Mines, qui réalisent « un document de synthèse sur le système constructif de l’appartement et son état de conservation. Fondée tout à la fois sur des documents d’archive, des relevés, des sondages et des investigations menées à l’aide d’une caméra thermique infrarouge et d’un ferroscan, cette maquette numérique modélise le processus constructif en 3D. Elle est associée à la base de données qui rassemble désormais les sources d’information – pléthoriques mais jusque-là éparses – et peut notamment être interrogée par composant (briques, poignée de porte, etc.). Il s’agit ainsi d’un outil aussi novateur que performant, constitué à partir du repérage exhaustif des matériaux et procédés de construction auxquels Le Corbusier a eu recours pour son appartement-atelier. »

Vers le site de la Fondation Le Corbusier

Récolement de la maquette BIME Photo : Société A-BIME

« L’objectif était d’adapter le logiciel BIME, conçu pour la création architecturale,  à l’intervention sur les édifices historiques (et à son archivage). En l’occurrence, tous les composants ont été modélisés indépendamment, constituant une bibliothèque de composants visualisables individuellement, mais qui peuvent aussi être interrogeables transversalement. L’ensemble des documents d’archive retrouvés pour l’occasion sont intégrés dans une base de données articulée à la maquette numérique. Cette maquette est également un outil d’aide à la décision pour le maître d’ouvrage. L’outil peut être participatif et enrichi de nouvelles données ; il peut aussi servir de base à des outils de médiation. »

La Fondation souhaite que cet outil soit utile à la recherche et s’interroge notamment sur les rubriques pertinentes et une ergonomie adaptée aux chercheurs. Elle invite donc les collègues intéressés (les doctorants sont aussi les bienvenus) à venir réfléchir sur ce prototype, mis au point pour l’appartement de Le Corbusier.

Une réunion est organisée sur place, 24 rue Nungesser-et-Coli, le mercredi 13 décembre à 15 heures. La réunion sera précédée à 14h d’une visite du chantier de l’appartement avec Bénédicte Gandini, l’architecte de la Fondation, qui pilote la restauration menée par l’agence François-Chatillon. (Pour toute question, adressez-vous à: benedicte.gandini@fondationlecorbusier.fr)

Exemple de modélisation 3D à partir de plans 2D © A-BIME

Voir aussi:

Site de l’entreprise A-BIME (Ancien Bâtiment Informatisé Modélisé Expertisé)

 

Sur les BIM et le patrimoine, Vous trouverez d’intéressants articles et liens sur:

« Le BIM et les exigences du patrimoine » in BIM, TIC & Logiciels, Ecole des Ponts

 

Vocabulaire de géométrie pour l’architecture… et l’archéologie ?

Dans le domaine de l’archéologie, la description d’une forme architecturale est réalisée le plus souvent en employant le vocabulaire conventionnel de l’architecture qui varie selon les époques ou les sociétés étudiées. En archéologie classique, l’ouvrage consacré est le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine de R. Ginouvès et alii. Désigner une forme à l’aide de ce vocabulaire revient à reconnaître son rôle architectonique. Dès lors que le terme fonctionnel et la forme ne coïncident pas exactement ou qu’aucun terme adéquat ne permet de désigner ou d’expliquer une forme, le recours au vocabulaire de la géométrie peut s’avérer d’un grand secours.

Le vocabulaire de la géométrie pour l’architecture, publié par Pascal Terracol* en 2017, présente les clés de la description géométrique des formes architecturales. Cet ouvrage permet de définir ces formes non seulement par la géométrie euclidienne mais également sous l’angle des géométries analytique et paramétrique. Celles-ci sont intrinsèquement liées aux outils numériques qui sont communément employés aujourd’hui – les logiciels de dessin vectoriel notamment. Leur emploi s’avère en outre particulièrement intéressant pour le traitement et l’analyse des nuages de points et des maillages tridimensionnels issus de l’acquisition numérique, par scanners lasers ou levés photogrammétriques, des monuments ou des sites archéologiques.

Dans le cadre du séminaire de l’IRAA, organisé par C. Durvye et A. Desmars, Pascal Terracol présentera les vertus de la géométrie analytique
dans le domaine des études architecturales
(cas de la mosquée de Samarra en Irak)
le 8 décembre 2017 à la MMSH d’Aix-en-Provence (10 h, salle 7).

(affiche : A. Desmars)
*Pascal Terracol, docteur en géographie de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, est maître-assistant à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine.

À propos des lacunes

Citation

Erwin Schrödinger, La Nature et les Grecs, coll. l’Âne d’Or, éd. Les Belles Lettres, 2014.
(traduction des cours donnés par l’auteur à l’University College en 1948).

« Voici ce que je veux dire par là : lors d’une recherche honnête en vue de connaître, on doit très fréquemment se résigner à l’ignorance dans un temps indéfini. Au lieu de combler une lacune par des conjectures, la science authentique préfère en tolérer la présence ; et cela, non pas tant à cause des scrupules qu’éprouverait la conscience de dire un mensonge, qu’en raison de la pensée suivant laquelle, si contrariante soit la lacune, son oblitération par un truquage ne fait que supprimer la motivation qui pousse à chercher une réponse satisfaisante.
Lire la suite

ARCHITECTURE MILITAIRE, UNE CULTURE PARTAGEE ENTRE GRECE ET PROVENCE,

Table ronde internationale, les 23 et 24 novembre 2017, à la MMSH, Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février

Table ronde rassemblant des spécialistes internationaux des fortifications antiques et médiévales du monde méditerranéen. Les réflexions porteront sur deux axes. Le premier sera d’ordre méthodologique : à partir de la présentation d’opérations de terrain récentes ou en cours, les chercheurs seront invités à s’interroger sur les difficultés d’insertion de vestiges particuliers dans les savoirs historiques et archéologiques généraux et sur les acquis et les limites des outils modernes (photogrammétrie, SIG, BIM…). Le second portera sur les réseaux de savoir-faire techniques partagés et sur leurs implications géographiques et chronologiques, par la comparaison de deux espaces, l’un occidental et l’autre oriental, aux deux extrémités de la Méditerranée à des époques différentes.

Programme à télécharger ici: Programme

Application du numérique : une expérience de taille robotisée

Née à la fin du VIème s. av. J.-C., la démocratie athénienne met en place les procédures de vote et de désignation qui la caractérisent, avec une part prépondérante jouée par le tirage au sort.

Pour le tirage au sort on utilise une machine spécifique : le klèrôtèrion, sorte de stèle à décor architecturé, creusée de colonnes de rainures et munie d’accessoires de métal et de bois. De premiers vestiges en sont découverts à la fin du XIXème s. par la Société archéologique grecque, l’essentiel du corpus étant mis au jour par les fouilles de l’École américaine sur l’agora d’Athènes, au cours du XXème s. L’étude est reprise en 2009, dans les sites et musées grecs et avec le soutien de l’École française d’Athènes, par Liliane Lopez-Rabatel (IRAA Lyon) en collaboration avec Nicolas Bresch (IRAA Paris), qui réalisent des maquettes grandeur nature pour tester leurs restitutions. En 2017, le projet d’une réplique en pierre est sélectionné par le Salon du CNRS Innovatives SHS, à des fins de présentation et d’expérimentation, dont la réalisation est rendue possible par le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la MOM et de la direction de l’InSHS. À partir du modèle numérique 3D d’une des restitutions proposées, un exemplaire en état de fonctionnement est taillé dans un bloc de calcaire marbrier, par le robot sculpteur d’une société spécialisée. vers la video