Guide simplifié pour la RTI (Reflectance Transformation Imaging) : révéler des reliefs invisibles à l’œil nu sur du mobilier archéologique

La Reflectance Transformation Imaging (RTI) est une méthode photographique permettant de capturer la forme et la couleur de la surface d’un objet et permettant une mise en lumière interactive de celui-ci, afin de révéler des détails invisibles à l’œil nu. La technique est particulièrement intéressante en épigraphie, pour améliorer la lecture des inscriptions, mais peut aussi servir dans le domaine de l’architecture, de la céramologie, de la peinture…

La société à but non lucratif Cultural Heritage Imaging propose des logiciels et des modes d’emploi gratuits pour y parvenir. Le guide proposé se déploie néanmoins en anglais sur plus de cent pages et plusieurs documents. Je vous propose ici un résumé et une approche technique minimale de la technique et des accessoires nécessaires, à base de couvercle de déodorant et de scotch.

Citer ce billet : Fabien Bièvre-Perrin, "Guide simplifié pour la RTI (Reflectance Transformation Imaging) : révéler des reliefs invisibles à l’œil nu sur du mobilier archéologique," sur RAAN, 08/11/2019, https://raan.hypotheses.org/2564.
Continuer la lecture

À propos du DAO

À propos du DAO
pour le dessin des blocs d’architecture en archéologie
(mais pas seulement)
 
Prière de l’architecturographe :
« Ne nous dépouillez pas de la pensée ! »[1]
 
L’expérience de la mise au point de dossiers graphiques pour des monographies d’architecture antique[2] m’amène à poser quelques réflexions. Celles-ci rencontrent les problématiques de l’axe 1 « Technologies Numériques » du programme de l’IRAA, cadre idoine pour les développer utilement et les diffuser, en vue d’améliorations nécessaires au bénéfice de nos travaux.
 
Un aphorisme populaire parmi nous énonce que le Dessin Assisté par Ordinateur ou DAO[3] donne, entre autres, la possibilité à des gens qui ne savent pas dessiner de produire un dessin propre. Donnant par là l’impression qu’il est juste, en vertu de la croyance qui attribue au numérique une autorité fondée sur une soi-disant exactitude, supposée a priori, impression renforcée parfois aussi par une facilité apparente de perception des images — sans que soit pour autant garantie la pertinence de celles-ci ou leur intelligibilité. Une autre croyance répandue est que les contraintes organisationnelles d’un travail collectif — nos recherches engageant de plus en plus l’implication d’une équipe — vont se trouver simplifiées par le numérique et le DAO, à l’image de la structure des dessins par couches comme dans les logiciels que nous utilisons, avec les soi-disant « calques » si improprement nommés.

Citer ce billet : Nicolas Bresch, "À propos du DAO," sur RAAN, 18/10/2019, https://raan.hypotheses.org/2541.

Continuer la lecture

Cenatio rotunda, le modèle 3D de la restitution

Dans le précédent billet Jean-Jacques Malmary annonçait la participation de l’IRAA aux 80 ans du CNRS. A cette occasion nous avons intégré au relevé photogrammétrique de l’ensemble des vestiges, le modèle de la restitution de l’édifice néronien. La prochaine étape sera le phasage du modèle photogrammétrique afin d’isoler les structures néroniennes pour une meilleure lisibilité. A suivre … !

 

2018 – Modèle photogrammétrique des vestiges mis au jour dans l’angle nord-est de la terrasse de la Vigna Barberini sur le Palatin (Rome). Au centre (pastilles 1 à 20) les structures identifiées à la cenatio rotunda, la salle à manger tournante de Néron décrite par Suétone.

Auteurs : Nathalie André (architecte), Jonathan Boiné (archéologue géomaticien), Loïc Damelet et Lionel Roux (photographes), Françoise Villedieu (archéologue)

Fouilles et recherches : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, Ecole française de Rome, Centre Camille Jullian (CCJ CNRS-AMU), Institut de Recherche en Architecture Antique (IRAA CNRS-AMU), Institut de France (Grand Prix d’Archéologie 2013), ARPAMED.

 

L’IRAA fête les 80 ans du CNRS

IRAA ARCHI-THÈQUE – Les 80 ans du CNRS by IRAA Architecture Antique 3D on Sketchfab

Pour fêter les 80 ans du CNRS, à l’occasion de l’événement organisé au MUCEM le 10 octobre par la MMSH, l’IRAA présente une collection d’objets 3D – Archi-thèque – réunissant plusieurs travaux des membres du laboratoire, anciens et nouveaux, une maquette “morceaux choisis d’architecture antique”, un pecha kucha sur le théâtre d’Orange et un film sur les restitutions des monuments de Baelo Claudia.

Programme de la journée

Visualisation en ligne d’objets 3D suite…

En écho au dernier article de RAAN de Nathalie André et Jonathan Boiné sur le Palatin, quelques objets modélisés en 3D viennent d’être téléchargés sur le site Sketchfab, dont le chorobate et la grue en mouvement illustrant le présent article. Leur mise en ligne a été effectuée ici à titre exploratoire, de sorte à découvrir les possibilités offertes par ce site.

Continuer la lecture

Cenatio rotunda, le modèle 3D de l’escalier à vis

Comme nous l’avions annoncé dans le précédent billet, le modèle de l’escalier à vis niché dans le pilier central du soubassement de l’édifice a été intégré au modèle de l’ensemble des vestiges.

Vers le modèle complet https://raan.hypotheses.org/2429

L’ajout de quelques pastilles guidera les moins experts en navigation 3D vers les principaux éléments de la structure néronienne.

Modélisation : Jonathan Boiné, archéologue géomaticien, en collaboration avec Nathalie André, architecte, Loïc Damelet et Lionel Roux, photographes, Françoise Villedieu, directrice de recherche.

Fouilles et recherches : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, École française de Rome, Centre Camille Jullian (UMR 7299 CNRS-AMU), Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155 CNRS-AMU), Institut de France (Grand Prix d’Archéologie 2013), ARPAMED.

Caractéristiques techniques du nouveau modèle :
– nombre de photos : 8800
– nombre de points du nuage dense :1 Milliard
– nombre de points du nuage dense sous-échantillonné : 70 Millions
– nombre de faces : 1,8 Millions
– nombre de textures : 52 (4096 x 4096)



Cenatio rotunda, le modèle 3D

Relevé photogrammétrique de l’ensemble des structures mises au jour lors des campagnes de fouilles 2009-2014 de l’angle nord-est de la terrasse de la Vigna Barberini, Palatin (Rome, Italie).

Modélisation : Jonathan Boiné, archéologue géomaticien

En collaboration avec Nathalie André, architecte, Loïc Damelet et Lionel Roux, photographes, Françoise Villedieu, directrice de recherche.

Fouilles et recherches : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, École française de Rome, Centre Camille Jullian (UMR 7299 CNRS-AMU), Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155 CNRS-AMU), Institut de France (Grand Prix d’Archéologie 2013), ARPAMED.

 

Continuer la lecture

Exploitation du modèle photogrammétrique de la villa de Diomède pour le recalage d’archives graphiques et photographiques

Présentation des travaux infographiques réalisés dans le cadre du Villa Diomedes Project (Pompéi)  lors des journées « Over The Cloud » qui se sont déroulées à la MMSH d’Aix-en-Provence du 15 au 17 Juin 2016.

Citer ce billet : A-B Pimpaud, F. Marchand-Beaulieu, "Exploitation du modèle photogrammétrique de la villa de Diomède pour le recalage d’archives graphiques et photographiques," sur RAAN, 07/11/2018, https://raan.hypotheses.org/2138.

Télécharger le fichier PDF de la présentation

Retour au sommaire

Présentation de CloudCompare lors des journées “Over The Cloud” (2016)

Citer ce billet : Daniel Girardeau-Montaut, "Présentation de CloudCompare lors des journées “Over The Cloud” (2016)," sur RAAN, 13/07/2018, https://raan.hypotheses.org/1931.

Voici la présentation du logiciel open-source CloudCompare faite lors des journées “Over The Cloud” qui se sont déroulées à la MMSH d’Aix-en-Provence du 15 au 17 Juin 2016.

Présentation CloudCompare 2016

retour au sommaire

Session 2018 “Du relevé à la restitution architecturale”

Cette année, le séminaire Du relevé à la restitution architecturale porté par l’IRAA depuis 2014, prend de l’ampleur et dure 5 jours, grâce au soutien du CCJ-CNRS, du LA3M-CNRS, de l’Ecole doctorale ED355 et du Labexmed. La Ville d’Arles est également partenaire et nous apporte son soutien logistique.

En plus des deux jours de cours théoriques, les étudiants bénéficieront cette année de 3 jours d’atelier en groupes restreints pour se familiariser avec les différentes techniques de relevé architectural.

Les candidatures doivent être envoyées avant le 15 septembre 2018.

Télécharger ici le programme 2018

L’épaisseur du trait

A l’heure où la représentation de l’architecture s’appuie de plus en plus sur des supports numériques, ortho-images ou modèles photogrammétriques photo-réaliste, il nous semble important de revenir sur la notion d’échelle.

Nous avons synthétisé dans un tableau la relation entre l’épaisseur d’un trait et sa grandeur réelle. L’image d’Amina Bech1 sur l’épaisseur du trait de la frontière israélo-palestinienne reportée sur le terrain à échelle 1/1, d’après la carte au 1/20000 des accords d’Oslo, illustre parfaitement notre propos.

Notion d’échelle

Amina Bech

1Amina Bech in A. Petti, S. Hilal, E. Weisman, “Architecture after revolution”, DAAR, Sternberg Press, 2013, A common Assembly with Nicola Perugini, chapter V pp.150-177

 

 

Venice Time Machine

“Au départ, il y a un rêve, celui d’adapter les outils numériques du présent à l’exploration du passé.”

 

 

 

J.-J. Malmary nous parlait début mars de ce grand projet de Digital Humanities de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et l’université Ca’Foscari de Venise.
En complément, le lien vers la présentation de Venice Time Machine par Frédéric Kaplan, porteur du projet, dans le cadre de Vertigo* – Forum Art Innovation – Cycle Mutation/Création du 15 au 18 mars 2017.

https://medias.ircam.fr/x95cc2c

 

* Vertigo, le nouveau Forum international Art-Innovation, se propose de présenter des événements pluridisciplinaires sur la création et l’innovation en musique, art, design et architecture en lien avec les technologies numériques. https://vertigo.ircam.fr/

 

Epigraphie et numérique : quelle incidence des nouvelles technologies sur la discipline et le métier ?

Conférence de Michèle Brunet  (Université Lumière Lyon 2 / UMR 5189 HiSoMA)
Lundi 19 mars 2018 – 18:00
Salle des conférences de l’EFA (École Française d’Athènes)

 

Nous avons déjà abordé sur RAAN, le sujet de la numérisation des inscriptions antiques, voici très prochainement une conférence à Athènes sur ce thème. Elle fait partie d’un cycle de conférences organisé par l’EFA, intitulé “Technologie de la recherche en sciences humaines“. L’objectif est de rassembler les différents acteurs de la recherche autour d’une réflexion sur les outils et les méthodes employés dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, géographie, sociologie) afin de faire connaître des techniques et des spécialités méconnues ou nouvelles, de confronter les expériences et de discuter des bonnes pratiques. Les intervenants sont spécialistes d’analyse spatiale ; des outils de la reconnaissance numérique ; d’analyse des matériaux et des résidus ; de bases de données ; d’analyse des réseaux ; de restauration ; etc. Continuer la lecture

Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction

Citer ce billet : Alain Badie, "Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction," sur RAAN, 05/03/2018, https://raan.hypotheses.org/1692.


Architecture, archéologie et pratiques numériques :  de l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction. pdf

Voici le diaporama qui accompagnait mon introduction à l’atelier Over the Cloud introduction diapositives

retour au sommaire


Les études d’archéologie de l’architecture se composent de manière schématique de deux étapes principales[1] (diapo 1 et 2):

Premièrement, la phase d’acquisition des données : c’est ce que l’on appelle l’établissement de l’état actuel du bâtiment étudié, des différents vestiges mobiliers et des stratigraphies associés au moment où ils nous sont parvenus. Cet enregistrement s’effectue notamment par des relevés en plan, coupe et des axonométrie des vestiges.

Deuxièmement, la phase d’analyse stratigraphique et architecturale qui permet d’aboutir lorsque cela est possible à différentes restitutions : (diapo 3)

restitution des formes architecturales et de leur composition ; mais aussi

– restitution des chantiers de construction,

– des phases de transformation et d’abandon, et enfin

– restitution du fonctionnement et des usages.

Il faut tout de suite préciser que cette distinction en deux phases est en réalité artificielle puisqu’un relevé n’est pas un enregistrement brut. Le dessin est par définition analytique (même quand on n’en est pas conscient). On dessine ce que l’on comprend et on comprend en dessinant. C’est un aller-retour permanent.

Comme l’ensemble de la recherche scientifique, ces études ont été depuis 30 ans renouvelées par l’émergence puis la diffusion des outils numériques trop souvent confondus sous le terme réducteur de « 3D ». Continuer la lecture