À propos des lacunes

Erwin Schrödinger, La Nature et les Grecs, coll. l’Âne d’Or, éd. Les Belles Lettres, 2014.
(traduction des cours donnés par l’auteur à l’University College en 1948).

« Voici ce que je veux dire par là : lors d’une recherche honnête en vue de connaître, on doit très fréquemment se résigner à l’ignorance dans un temps indéfini. Au lieu de combler une lacune par des conjectures, la science authentique préfère en tolérer la présence ; et cela, non pas tant à cause des scrupules qu’éprouverait la conscience de dire un mensonge, qu’en raison de la pensée suivant laquelle, si contrariante soit la lacune, son oblitération par un truquage ne fait que supprimer la motivation qui pousse à chercher une réponse satisfaisante.
L’attention risque d’être si efficacement détournée, qu’on peut manquer la réponse au moment même où la chance la met à portée de main. La résolution à s’en tenir au doute, et même à considérer ce dernier comme un stimulant et une indication pour une quête ultérieure, constitue une disposition d’esprit aussi naturelle qu’indispensable chez un scientifique. »

Cet extrait du livre d’Erwin Schrödinger « la Nature et les Grecs » expose bien le problème des lacunes et du désir de les combler par des conjectures, muant parfois en vérités indiscutables, au risque de freiner, voire d’entraver une pensée mouvante et fertile.


2 réflexions au sujet de « À propos des lacunes »

  1. J’ai modifié la publication en indiquant la date d’édition de la traduction et celle des cours de Schrödinger (1948)

  2. Merci Jean-Jacques,

    En quelle année a été écrit ce texte s’il te plait ? Il est lumineux et éclaire pas mal de nos préoccupations sur les restitutions et les reconstitutions (numériques ou pas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.