Epigraphie et numérique : quelle incidence des nouvelles technologies sur la discipline et le métier ?

Conférence de Michèle Brunet  (Université Lumière Lyon 2 / UMR 5189 HiSoMA)
Lundi 19 mars 2018 – 18:00
Salle des conférences de l’EFA (École Française d’Athènes)

 

Nous avons déjà abordé sur RAAN, le sujet de la numérisation des inscriptions antiques, voici très prochainement une conférence à Athènes sur ce thème. Elle fait partie d’un cycle de conférences organisé par l’EFA, intitulé « Technologie de la recherche en sciences humaines« . L’objectif est de rassembler les différents acteurs de la recherche autour d’une réflexion sur les outils et les méthodes employés dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, géographie, sociologie) afin de faire connaître des techniques et des spécialités méconnues ou nouvelles, de confronter les expériences et de discuter des bonnes pratiques. Les intervenants sont spécialistes d’analyse spatiale ; des outils de la reconnaissance numérique ; d’analyse des matériaux et des résidus ; de bases de données ; d’analyse des réseaux ; de restauration ; etc.

Résumé de la conférence de M. Brunet

« Afin de dissiper d’entrée de jeu les malentendus, on commencera par donner quelques définitions expliquant en quoi consiste la mise en œuvre de technologies numériques pour la publication des corpus d’inscriptions sur le Web, telle qu’elle se pratique depuis une vingtaine d’années déjà. Puis, en examinant quelques exemples, on montrera sur quoi exactement portent les transformations induites par l’outillage numérique : contenu des publications, édition des textes, construction des corpus, en se plaçant au double point de vue de l’éditeur et du lecteur-chercheur.
En se livrant ainsi à une sorte d’« archéologie du travail savant », on mettra en lumière l’incidence des techniques et des vecteurs de diffusion sur la production scientifique elle-même : requalification des documents (inscriptions ou estampages), visualisation statistique et heuristique des données sont le point de départ pour de nouvelles interprétations. Mais l’économie de l’argumentation s’en trouve elle aussi modifiée et partant, les modes de validation des résultats. En reconfigurant la chaîne auctoriale, les techniques du numérique induisent de ce fait aussi une transformation de certaines règles de l’édition critique savante.
Par conséquent, il apparaît essentiel de s’adapter à cette transition technologique et, mieux encore, de s’en saisir comme d’une opportunité, afin d’assurer, entre l’âge de l’imprimé et l’âge du numérique, une passation dans de bonnes conditions, c’est à dire sans perte des acquis, connaissances et savoir-faire de la discipline « épigraphie », bâtis depuis bientôt deux siècles au sein une communauté académique dynamique et internationale. »

EFA Programme SemTech 2017-2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.