À propos du DAO

À propos du DAO
pour le dessin des blocs d’architecture en archéologie
(mais pas seulement)
 
Prière de l’architecturographe :
« Ne nous dépouillez pas de la pensée ! »[1]
 
L’expérience de la mise au point de dossiers graphiques pour des monographies d’architecture antique[2] m’amène à poser quelques réflexions. Celles-ci rencontrent les problématiques de l’axe 1 « Technologies Numériques » du programme de l’IRAA, cadre idoine pour les développer utilement et les diffuser, en vue d’améliorations nécessaires au bénéfice de nos travaux.
 
Un aphorisme populaire parmi nous énonce que le Dessin Assisté par Ordinateur ou DAO[3] donne, entre autres, la possibilité à des gens qui ne savent pas dessiner de produire un dessin propre. Donnant par là l’impression qu’il est juste, en vertu de la croyance qui attribue au numérique une autorité fondée sur une soi-disant exactitude, supposée a priori, impression renforcée parfois aussi par une facilité apparente de perception des images — sans que soit pour autant garantie la pertinence de celles-ci ou leur intelligibilité. Une autre croyance répandue est que les contraintes organisationnelles d’un travail collectif — nos recherches engageant de plus en plus l’implication d’une équipe — vont se trouver simplifiées par le numérique et le DAO, à l’image de la structure des dessins par couches comme dans les logiciels que nous utilisons, avec les soi-disant « calques » si improprement nommés.

Citer ce billet : Nicolas Bresch, "À propos du DAO," sur RAAN, 18/10/2019, https://raan.hypotheses.org/2541.

Continuer la lecture