Application du numérique : une expérience de taille robotisée

Née à la fin du VIème s. av. J.-C., la démocratie athénienne met en place les procédures de vote et de désignation qui la caractérisent, avec une part prépondérante jouée par le tirage au sort.

Pour le tirage au sort on utilise une machine spécifique : le klèrôtèrion, sorte de stèle à décor architecturé, creusée de colonnes de rainures et munie d’accessoires de métal et de bois. De premiers vestiges en sont découverts à la fin du XIXème s. par la Société archéologique grecque, l’essentiel du corpus étant mis au jour par les fouilles de l’École américaine sur l’agora d’Athènes, au cours du XXème s. L’étude est reprise en 2009, dans les sites et musées grecs et avec le soutien de l’École française d’Athènes, par Liliane Lopez-Rabatel (IRAA Lyon) en collaboration avec Nicolas Bresch (IRAA Paris), qui réalisent des maquettes grandeur nature pour tester leurs restitutions. En 2017, le projet d’une réplique en pierre est sélectionné par le Salon du CNRS Innovatives SHS, à des fins de présentation et d’expérimentation, dont la réalisation est rendue possible par le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la MOM et de la direction de l’InSHS. À partir du modèle numérique 3D d’une des restitutions proposées, un exemplaire en état de fonctionnement est taillé dans un bloc de calcaire marbrier, par le robot sculpteur d’une société spécialisée. vers la video

A propos du Pont du Gard

Jean-Louis Paillet architecte à l’IRAA évoquera la construction du Pont du Gard dans  l’émission « A la conquête de l’autre rive » sur France 5 diffusée Mercredi 21 juin à 20h55.

« Prouesses techniques permettant de franchir des obstacles, les ponts sont aussi des traits d’union entre les hommes. Comment ont-ils conçu et bâti ces passerelles ? Léa Bello, une géophysicienne, dévoile les secrets de l’édification d’ouvrages emblématiques. »

vers la bande annonce

En replay

Les archives au secours des temples détruits de Palmyre, colloque de l’AIBL, Paris, vendredi 19 mai 2017

Le programme

Palmyre, la perle du désert, a défrayé la chronique en 2015 ; les artificiers de ISIS/Daech sont parvenus en quelques instants à infliger aux deux temples les plus célèbres et les mieux conservés de la ville des dégâts plus graves et plus importants que près de deux mille ans d’histoire. Depuis, il est question de reconstruction, avec la menace de transformer le champ de ruines en un nouveau Disneyland.

La bonne fortune veut que les deux monuments emblématiques de Palmyre, le temple de Bêl et le sanctuaire de Baalshamin, aient fait l’objet d’études approfondies par deux missions archéologiques, l’une française, l’autre suisse et de publications réalisées dans les règles de l’art. La documentation établie par les archéologues et architectes français et suisses constitue un ensemble unique. Longtemps conservés dans des locaux d’archives et, disons-le, largement oubliés, ces documents et ces publications ont pris soudain une valeur inestimable (extrait du programme en ligne).

L’interdisciplinarité au service de l’archéologie. Les peintures murales de la nécropole romaine de Cumes

Sur une idée originale et un scénario de Dorothée Neyme (doctorante à l’IRAA) et de Claude Pouzadoux
Société de production : Tilapia
Metteur en scène : Fulvio Iannucci

Production : Labexmed, CNRS et  CJB

vers la video

Le projet d’étude et de conservation du mausolée A 41 de Cumes en Italie du sud, présenté par le Centre Jean Bérard de Naples (CNRS/EFR) et l’IRAA, constitue un événement de culture scientifique et technique innovant par l’articulation étroite entre la collaboration de différents métiers de la recherche et la mise en œuvre d’un documentaire pour présenter les étapes, les méthodes et les résultats de cette enquête à des publics variés. L’objectif est de faire connaître à travers un film l’apport à l’histoire des arts et de l’artisanat antiques du croisement entre les méthodes classiques du relevé et de l’observation à l’œil nu, les nouvelles technologies et les sciences de la terre et de la matière. Elle vise aussi à former des étudiants de plusieurs pays européens aux métiers de l’étude de la peinture antique et de la conservation du patrimoine.

Partenaires : Centre Jean Bérard, Centre national de la recherche scientifique, Ecole française de Rome, Soprintendenza per i beni archeologici di napoli avec le soution du LabexMed : Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée.


 

 

A propos des destructions et des reconstructions des monuments en Syrie

http://www.liberation.fr/planete/2016/12/28/guerre-de-tranchee-autour-du-patrimoine-syrien_1537926

Juste en passant ce lien vers un intéressant article publié dans Libération palmyreifpo_fig3 ainsi qu’une notice nécrologique (en cliquant sur l’image) de Robert Amy qui a publié et restitué, dès 1968 et 1975, avec H. Seyrig et E. Will, le temple de Bel à Palmyre.

Une invitation renouvelée à la réflexion sur le rôle « sociétal » de la restitution en architecture et archéologie à l’heure du numérique.

Erik Hansen

erik-hansen

E. Hansen étudiant une métope de Delphes sur la quatrième de couverture du catalogue,  » Den franske forbindelse  » publié en 2008

La nouvelle du décès de l’architecte archéologue Erik Hansen vient de nous parvenir.

Spécialiste notamment de l’architecture grecque c’était un enseignant et un chercheur qui abordait  tous les aspects de l’architecture (depuis l’étude des matériaux, du chantier de construction ou du décor jusqu’aux questions de restauration)

Il avait mis sa maîtrise parfaite du trait au service d’une expression graphique exigeante limitant les effets mais d’une grande sensibilité, aussi bien dans ses relevés de blocs et des vestiges que dans ses dessins de restitution des étapes de chantiers ou des monuments

erik-hansen-1erik-hansen-2Restitutions du Trésor de Siphnos, vers la publication

Ceux qui ont eu la chance de le croiser ne sont pas prêts d’oublier ni son grand talent ni ses qualités humaines de modestie et de simplicité.

hansen-avec-korres

E. Hansen dans une video hommage consacrée à M. Korres

Ceux qui ne connaissent  pas encore  ses travaux ont  toujours la chance de pouvoir découvrir une œuvre majeure de l’archéologie et de l’histoire de l’architecture. C’est  à Delphes qu’il avait réalisé  (en collaboration avec G. Daux) une monographie consacrée au trésor de Siphnos qui a marqué  l’histoire de la discipline.

vers l’atlas de Delphes

vers l’article « Delphes et le travail de la pierre »

vers wikipedia

« Le Banquet de Marseille à Rome : Plaisirs et Jeux de Pouvoirs »

le-banquet-de-marseille-a-rome-vieille-charitemaquette-neron

L’exposition « Le Banquet de Marseille à Rome : Plaisirs et Jeux de Pouvoirs » a pour objectif de montrer l’importance du symposion et de reconstituer le déroulement d’un banquet antique

Elle se déroule à Marseille au « Musée d’Archéologie Méditerranéenne : les civilisations antiques du bassin méditerranéen » du 3 décembre 2016 au 30 juin 2017

Voir le reportage FR3

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h,
fermeture les lundis à l’exception des lundis de Pâques et Pentecôte, le 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 et 26 décembre.

Vers le Musée d’archéologie Méditerranéenne

Vers le site de l’Ecole centrale de Nantes

VIDEO. Bordeaux: On a (certainement) identifié des blocs qui composaient les Piliers de Tutelle

Le journal 20 minutes Bordeaux, 26/10/2016
Le reportage sur les travaux de l’IRAA au Musée d’Aquitaine, « Les mystérieux blocs de Bordeaux », réalisé par Juliette Lacharnay, a été sélectionné au quinzième festival du film d’archéologie de Bordeaux (www.icronos.fr). À cette occasion, Mickael Bosredon, reporter rédacteur au journal 20 minutes de Bordeaux, nous a contacté pour une brève présentation de nos travaux.

Festivals de films archéologiques

festival-bordeauxLe film publié dans le CNRS journal concernant  la restitution d’un monument disparu à partir du  relevé et de l’étude d’une série de blocs de Bordeaux a été présenté le 29 septembre à Narbonne au festival du film documentaire des « Rencontres d’archéologie de la Narbonnaise » et sera diffusé le 29 octobre à Bordeaux lors du  » Festival international du film d’archéologie« 

« Puzzles à Delos », CNRS IMAGES et EFA 2005

vers la video

Le reportage présente dans sa première partie bien développée, l’analyse architecturale et archéologique du théâtre de Délos theatre delosmenée par Jean-Charles Moretti (IRAA CNRS) et Philippe Fraisse (Ecole d’architecture de Strasbourg).Les restitutions sont illustrées par les maquettes numériques réalisées par Frédéric Muller  (Ecole d’architecture de Strasbourg). Apparaissent aussi A. Oziol, A. Sinossian (DESS architecture et archéologie, Strasbourg) et R. Etienne (ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes) ainsi que Cécile Durvye (IRAA, AMU)

 

« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »

delphesLe reportage évoque rapidement le travail de restitution numérique réalisé sur le sanctuaire d’Athéna à Delphes et sur la Tholos en particulier dès 1996 avec le soutien d’EDFamandry

Il est particulièrement intéressant car dans la deuxième partie du reportage le scénario est construit comme un aller-retour entre les témoignages de deux « personnages » : celui du  « vieil homme » au milieu des blocs d’architecture et dans la nature  (il s’agit de P. Amandry -et pas Armandry comme il est dit et écrit- ancien directeur de l’Ecole Française d’Athenes)  et celui de « l’archéologue » moderne devant son ordinateur et dans son bureau (l’architecte  D. Laroche).

Cependant, le scénario ne conduit pas à un nouveau remake du combat entre les anciens et des modernes. Au contraire, c’est l’idée de la complémentarité des approches anciennes (« la matière, le toucher et la vue ») et de la technique moderne (« le virtuel ») qui se dégage.

Citer ce billet : Alain Badie, "« A propos d’un reportage diffusé par FR3 en 1996 : éléments pour une histoire de la restitution architecturale numérique en archéologie »," sur RAAN, 13/07/2016, https://raan.hypotheses.org/926.

vers la video

sur le site Mediterranean Memory

 

Jean-Charles Moretti, « Théâtres grecs et romains »

Jean-Charles Moretti, directeur de recherche à l’IRAA CNRS bureau de Lyonmoretti

L’architecture théatrale est apparue en Grèce dans le courant de l’époque archaïque pour accueillir les compétitions de musiciens, de poètes et de danseurs organisées en l’honneur de diverses divinités. D’abord simple installation de bois montée à l’occasion des compétitions, le théâtre devint à l’époque hellénistique une construction de pierre aux formes complexes, capable d’accueillir des milliers de spectateurs.

vers la video