Les soutènements de la terrasse de la Vigna Barberini

Depuis 2014 des travaux de relevés photogrammétriques des vestiges mis au jour dans l’angle nord-est de la terrasse de la Vigna Barberini sur le Palatin (Rome) ont été entrepris dans le cadre des recherches scientifiques menées sous la direction de Françoise Villedieu en collaboration avec la Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma (SSBAR) et le MiBACT, l’Ecole française de Rome, le Centre Camille Jullian et l’Institut de recherche sur l’Architecture Antique.

Les premiers travaux de modélisation, présentés dans les précédents billets , ont porté principalement sur les structures mises au jour lors des campagnes de fouilles 2009-2014, parmi lesquelles se trouvent les vestiges d’une construction néronienne que l’on proposa alors d’identifier à la cenatio rotunda ●●.

Dans ce billet nous présentons le modèle des vestiges, aujourd’hui encore imposants, des soutènements de la terrasse artificielle d’époque flavienne qui ont occulté l’édifice néronien, et très prochainement nous espérons pouvoir proposer le montage 3D de l’ensemble.

Réalisation des modèles : Jonathan Boiné, archéologue-géomaticien, avec la collaboration de Nathalie André, architecte (IRAA CNRS/AMU), Loïc Damelet et Lionel Roux, photographes (CCJ CNRS/AMU) et Françoise Villedieu, directrice de recherche (CCJ CNRS/AMU).

Partenaires : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, Ecole française de Rome, Centre Camille Jullian (CNRS-AMU), Institut de Recherche en Architecture Antique (CNRS-AMU), Institut de France (Grand Prix d’Archéologie 2013), Campus France, Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG-Géomatique).

 

Cenatio rotunda, le modèle 3D de la restitution

Dans le précédent billet Jean-Jacques Malmary annonçait la participation de l’IRAA aux 80 ans du CNRS. A cette occasion nous avons intégré au relevé photogrammétrique de l’ensemble des vestiges, le modèle de la restitution de l’édifice néronien. La prochaine étape sera le phasage du modèle photogrammétrique afin d’isoler les structures néroniennes pour une meilleure lisibilité. A suivre … !

 

2018 – Modèle photogrammétrique des vestiges mis au jour dans l’angle nord-est de la terrasse de la Vigna Barberini sur le Palatin (Rome). Au centre (pastilles 1 à 20) les structures identifiées à la cenatio rotunda, la salle à manger tournante de Néron décrite par Suétone.

Auteurs : Nathalie André (architecte), Jonathan Boiné (archéologue géomaticien), Loïc Damelet et Lionel Roux (photographes), Françoise Villedieu (archéologue)

Fouilles et recherches : Ministero per i Beni e le Attività Culturali, Ecole française de Rome, Centre Camille Jullian (CCJ CNRS-AMU), Institut de Recherche en Architecture Antique (IRAA CNRS-AMU), Institut de France (Grand Prix d’Archéologie 2013), ARPAMED.

 

Visualisation en ligne d’objets 3D suite…

En écho au dernier article de RAAN de Nathalie André et Jonathan Boiné sur le Palatin, quelques objets modélisés en 3D viennent d’être téléchargés sur le site Sketchfab, dont le chorobate et la grue en mouvement illustrant le présent article. Leur mise en ligne a été effectuée ici à titre exploratoire, de sorte à découvrir les possibilités offertes par ce site.

Continuer la lecture

Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction

Citer ce billet : Alain Badie, "Architecture, archéologie et pratiques numériques. De l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction," sur RAAN, 05/03/2018, https://raan.hypotheses.org/1692.


Architecture, archéologie et pratiques numériques :  de l’acquisition à la reconstitution : une brève introduction. pdf

Voici le diaporama qui accompagnait mon introduction à l’atelier Over the Cloud introduction diapositives

retour au sommaire


Les études d’archéologie de l’architecture se composent de manière schématique de deux étapes principales[1] (diapo 1 et 2):

Premièrement, la phase d’acquisition des données : c’est ce que l’on appelle l’établissement de l’état actuel du bâtiment étudié, des différents vestiges mobiliers et des stratigraphies associés au moment où ils nous sont parvenus. Cet enregistrement s’effectue notamment par des relevés en plan, coupe et des axonométrie des vestiges.

Deuxièmement, la phase d’analyse stratigraphique et architecturale qui permet d’aboutir lorsque cela est possible à différentes restitutions : (diapo 3)

restitution des formes architecturales et de leur composition ; mais aussi

– restitution des chantiers de construction,

– des phases de transformation et d’abandon, et enfin

– restitution du fonctionnement et des usages.

Il faut tout de suite préciser que cette distinction en deux phases est en réalité artificielle puisqu’un relevé n’est pas un enregistrement brut. Le dessin est par définition analytique (même quand on n’en est pas conscient). On dessine ce que l’on comprend et on comprend en dessinant. C’est un aller-retour permanent.

Comme l’ensemble de la recherche scientifique, ces études ont été depuis 30 ans renouvelées par l’émergence puis la diffusion des outils numériques trop souvent confondus sous le terme réducteur de « 3D ». Continuer la lecture

Sites à explorer…

En passant

Flâneries sur le web :

1. Instruments de dessins, nostalgie, quand tu nous tiens…
Linealis, les anciens instruments de calcul et de dessin.
Lien vers « Linealis »

2. Images et mathématiques
Images et mathématiques, la recherche mathématique en mots et en images :
Lien vers « images et mathématiques »
dont des articles sur le Morphing (fresque de Pompéi), Apollonius et les coniques, Gaspard Monge et le mémoire sur les déblais et les remblais, Perspective, géométrie et esthétique chez Lambert, Euclide, etc…

3. L’Analysis situs : réhabilitons les dessins moches
On dit parfois « un plan est faux », « il n’a aucune échelle », « c’est un croquis, on n’en fera rien »… Un dessin moche, sans échelle, aux traits irréguliers, à l’encre baveuse, fournit des informations parfois plus intéressantes qu’un dessin léché.
Lien vers Analysis Situs (Henri Paul de Saint Gervais)