L’interdisciplinarité au service de l’archéologie. Les peintures murales de la nécropole romaine de Cumes

Sur une idée originale et un scénario de Dorothée Neyme (doctorante à l’IRAA) et de Claude Pouzadoux
Société de production : Tilapia
Metteur en scène : Fulvio Iannucci

Production : Labexmed, CNRS et  CJB

vers la video

Le projet d’étude et de conservation du mausolée A 41 de Cumes en Italie du sud, présenté par le Centre Jean Bérard de Naples (CNRS/EFR) et l’IRAA, constitue un événement de culture scientifique et technique innovant par l’articulation étroite entre la collaboration de différents métiers de la recherche et la mise en œuvre d’un documentaire pour présenter les étapes, les méthodes et les résultats de cette enquête à des publics variés. L’objectif est de faire connaître à travers un film l’apport à l’histoire des arts et de l’artisanat antiques du croisement entre les méthodes classiques du relevé et de l’observation à l’œil nu, les nouvelles technologies et les sciences de la terre et de la matière. Elle vise aussi à former des étudiants de plusieurs pays européens aux métiers de l’étude de la peinture antique et de la conservation du patrimoine.

Partenaires : Centre Jean Bérard, Centre national de la recherche scientifique, Ecole française de Rome, Soprintendenza per i beni archeologici di napoli avec le soution du LabexMed : Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée.


 

 

LA CENATIO ROTUNDA un édifice hors du commun

Un film de Christine Durand (CCJ CNRS/AMU)

En 2009, à Rome sur le Palatin, Françoise Villedieu, archéologue au Centre Camille Jullian/CNRS-AMU et directrice des fouilles menées par la Surintendance de Rome et l’Ecole Française de Rome, mettait au jour la fameuse salle à manger tournante de Néron: la Cenatio Rotunda.

 

Lire la suite

Suite de l’article sur « L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie »

La Newsletter du CIPA de janvier 2017 est parue, avec des illustrations des résultats de la photogrammétrie de l’escalier hélicoïdal dans l’article Work in Progress on the Palatine.

Newsletter 11

 

 

 

 

Lire la suite

L’apport de la photogrammétrie numérique à l’analyse architecturale en archéologie

mobilier de fouilleLes vestiges de la cenatio rotunda sur le Palatin (Rome). Nathalie André en collaboration avec Françoise Villedieu.

Intervention au colloque « Photogrammétrie numérique et perception 3D : les nouvelles conquêtes », ENSG, mars 2016.

Vers le diaporama de la présentation

colloque_sfpt_palatin-v2

.

Numérisation d’inscriptions antiques à Delphes

Numérisation d'une inscription dans les réserves du Musée de Delphes

Numérisation d’une inscription dans les réserves du Musée de Delphes

Premiers résultats d’une expérimentation sur la numérisation 3D d’inscriptions antiques sur le site et dans le Musée de Delphes en septembre 2016.

Expérience menée par N.Kyriakidis (Efa, Paris VIII), M. Xinogalos (Astrolabe), St. Zugmeyer (IRAA CNRS, AMU) et A. Levivier (EfA, HiSoMA, UMR 5189).

Tous nos remerciements à l’Ephorie de Delphes et à l’EfA pour leur soutien.

numerisation-des-inscriptions-antiques-de-delphes

 

Citer ce billet : Stéphanie Zugmeyer, "Numérisation d’inscriptions antiques à Delphes," sur RAAN, 13/12/2016, https://raan.hypotheses.org/1076.

Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)

A_Chap_Ionique_Def_limites_10eVoici une nouvelle version du manuel « IRAA » de Photoscan qui s’adresse aux étudiants et aux chercheurs qui ne disposent et n’utilisent que ce logiciel pour la chaîne opératoire de l’acquisition à la réalisation d’ortho-images.
Dans ce nouveau manuel, une méthode est proposée pour la réalisation d’ortho-images du fac-similé 3D des 6 faces d’un bloc directement sur Photoscan :
– à l’échelle (rapport de nombres entiers : 1, 1/2, 1/5, etc…),
– et en correspondance géométrique les unes par rapport aux autres.

Je remercie Marc Panneau et Laurent Borel qui ont suscité dernièrement la réalisation de ce nouveau chapitre du manuel. Il m’a paru nécessaire de le faire assez rapidement pour  les étudiants qui s’initient à cette technique et me demandent des conseils. La réalisation d’ortho-images peut être plus aisément effectuée avec d’autres logiciels dont les outils sont plus performants ou moins contraignants mais mon objectif principal est de simplifier la vie des utilisateurs et qu’ils puissent travailler sereinement sans devoir se familiariser avec mille autres logiciels. Il est important de préciser que les ortho-images issues de Photoscan peuvent avoir une bien meilleure résolution que celles issues d’un maillage tridimensionnel texturé qui a été exporté vers un autre format.

C’est une première version, sans doute pleine de non-dits et d’erreurs de frappe. Toutes améliorations ou précisions partagées seront bienvenues.

Avertissement aux utilisateurs
Il ne faut pas que ce manuel devienne un presse-bouton « pousse au crime » et j’attends beaucoup de ceux qui le critiqueront pour qu’il puisse être amélioré (notamment les photogrammètres, les photographes, les architectes et les archéologues qui sont rompus à ce genre d’exercice).
À ceux qui l’utilisent et qui l’estiment suffisant pour leurs études, sachez que, si ces nuages deviennent des objets « patrimoniaux » et ne sont plus seulement considérés comme des aides au relevé classique (les erreurs de construction des modèles 3D peuvent dans ces cas-là être considérées comme quantités négligeables), il sera fortement recommandé de suivre un guide des bonnes pratiques.
Ainsi, une amélioration essentielle devra consister à préciser les précautions d’usage lors de l’acquisition et de la construction du nuage de points. Ces précautions sont indispensables pour produire des nuages de points pour lesquels les correspondances métriques et morphologiques avec l’objet réel sont réellement bien contrôlées. Elles impliquent de bonnes notions en photographie et en topographie (ex : étalonnage de l’optique de l’appareil photo, évaluation de l’erreur pixel et de l’erreur métrique, etc…).

Photoscan_ModeEmploi_2016

Jean-Jacques Malmary

Citer ce billet : Jean-Jacques Malmary, "Manuel d’utilisation de Photoscan pour le relevé des blocs (IRAA 2016)," sur RAAN, 23/06/2016, https://raan.hypotheses.org/779.

Perception et représentation numériques en architecture et archéologie

RECHERCHE, ART ET PRATIQUES NUMERIQUES #5

IMG_RAAN_CR_Phtgrm
« Perception et représentation numériques en architecture et archéologie »

Nathalie André (architecte-archéologue, IRAA, CNRS/Aix Marseille Université)
Résumé : antiAtlas des frontières

IMéRA
2 place le Verrier
13004 Marseille
Mercredi 25 mai 2016 – 10 h à 12 h 30

Le relevé du socle de la Victoire de Samothrace, complémentarité du dessin et de la 3D

NIKH_photoNBEn 2014 au musée du Louvre, la restauration de la Victoire de Samothrace entraine le démontage du monument et le désassemblage complet de sa base en forme de proue de navire. L’IRAA réalise le relevé intégral des 24 blocs de cette construction remarquable, avec la mise en œuvre de la photogrammétrie 3D intégrée au protocole de relevé et d’étude architectonique.
NIKH_blocNB
La Victoire de Samothrace après restauration et le maillage tridimensionnel d’un bloc des caisses de rames, © Nicolas Bresch, IRAA Paris.

Le film sur la restauration à l’initiative du Louvre, à voir absolument :

De la vraie 3D… Actualité des techniques

Une petite note en passant sur une expérience d’impression 3D à Athènes et sur une autre technique que je viens de découvrir : le stylo qui permet de dessiner en 3D ! Bien que cela ne fasse pas partie des objectifs de ce carnet hypothèses, faire l’actualité des nouvelles techniques passe inévitablement par la publicité des fabricants. Les premiers dont il est question sont grecs, c’est une façon d’encourager leurs entreprises innovantes qui en ont bien besoin.

L’impression 3D
À la demande du directeur de l’École Française d’Athènes, je suis allé voir rue Massalias, à deux pas de l’Éfa, des ingénieurs qui conçoivent et fabriquent des imprimantes 3D (site web). Le prix de ces imprimantes ne cesse de baisser et elles seront très bientôt à la portée de tous. Au même titre que les logiciels de photogrammétrie par corrélation dense, l’impression 3D est en voie de se démocratiser. C’est le moment ou jamais de réfléchir à ses applications dans l’étude des monuments antiques.
IMG_4847  IMG_4851
La fidélité de l’objet imprimé à l’objet réel est encore assez faible. Les traces d’outils ne sont pas très visibles et le rendu des moulurations est encore assez grossier. Les possibilités d’analyse de ce type d’objet sont donc encore insuffisantes en comparaison avec un rapport direct à l’objet original. En revanche, cette technique aura très certainement de très bonnes applications dans l’élaboration d’hypothèses de restitution sous forme de maquettes.

Le dessin 3D
Un nouveau gadget à tester. Encore une raison d’insister sur le fait que le dessin n’est pas mort ! Au contraire, il va lui aussi pouvoir être effectué en trois dimensions. Il semble que ce soit la même technique et la même pâte plastique que celles qui sont employées pour les imprimantes 3D.
Pour voir la vidéo d’un fabricant : Le stylo 3D. Tout cela est certes très filaire et il sera difficile de représenter la massivité d’un monument antique. Mais on trouvera bien des applications intéressantes, peut-être pour des restaurations ou des restitutions complétant les objets 3D imprimés.

Raphaele Héno et Laure Chandelier , « Numérisation 3D de bâtiments, cas des édifices remarquables », Iste éditions 2014

livre_2-54a12-49d6dlivre_1-673d2-49c00Cet ouvrage a « pour objet l’analyse des moyens de levé adaptés aux édifices remarquables pour en restituer les formes avec un niveau de détail optimal. »

Publié par deux spécialistes cet ouvrage très riche constitue une référence en matière de levé des bâtiments par lasergrammétrie et  par les techniques modernes de corrélation dense.

lien vers site de l’ENSG

Restitution des piliers de tutelle à Bordeaux (Le Journal du CNRS Web)

fenetre Journal du CNRS WEB

Etude des blocs architecturaux et restitution des Piliers de Tutelle à Bordeaux Intervenants : Dominique Tardy, Alain Badie et Jean-Jacques Malmary.

« Les  mystérieux blocs  de Bordeaux »
Réalisateur : Juliette Lacharnay
Producteur CNRS Images:

Lien vers le journal du CNRSweb

In english

Le relevé d’architecture, entre subjectivité et objectivité

« Le relevé d’un édifice est un processus complexe qui débute par une phase de lecture et d’analyse de l’organisme architectonique et qui s’achève par sa restitution graphique. Certaines phases de ce processus sont interprétatives et donc subjectives et d’autres doivent être objectives.

Pour relever une architecture, il n’est pas possible de mesurer l’infinité de points qui la constitue. Une opération de simplification de l’image doit être menée, c’est-à-dire qu’il faut réduire la réalité à un schéma, en décidant ce qui doit être mesuré. Cette première phase de détermination des points à relever a un caractère subjectif, qui est dépendant du langage architectonique du bâtiment (suivant l’époque ou la nature de l’édifice, les éléments architectoniques à relever sont différents) ou de la raison pour laquelle le relevé est mené. Ainsi les points choisis pour être relevés doivent être significatifs pour pouvoir mettre en relief les qualités formelles de l’œuvre.

L’autre phase qui a un caractère interprétatif se présente au moment de la transcription graphique à une échelle de réduction particulière : dans ce cas également il faut décider ce qui doit être dessiné et ce qui peut disparaitre.

En revanche l’opération de mesure a un caractère objectif et doit être menée en fixant une méthode présentant un degré élevé de précision. » (trad. Zugmeyer)

Docci e D. Maestri, Manuale del rilevamento architettonico e urbano , Ed. Laterza 1994

Quelques articles sur les techniques d’enregistrement

Relevé traditionnel – Histoire du relevé architectural

Buscemi F.,  L’Atene antica di Sebastiano Ittar. Un architetto di Lord Elgin tra Sicilia, Malta e Grecia, K.A.S.A., 2008. Télécharger ici

Lasergrammétrie, photogrammétrie

A. Carbonnell, « Introduction à l’application de la photogrammétrie aux édifices et aux ensembles monumentaux anciens », Monumentum, vol. IV, 1969. Télécharger ici

Karsten Lambers et Fabio Remondino,« Optical 3D measurement techniques in archaeology: recent Developments and Applications »,  in: Layers of perception: proceedings of the 35th International conference on Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology (CAA), Berlin, Germany, April 2-6, 2007 / Ed. by Axel Posluschny … Bonn : Habelt, 2008, pp. 27-35. Télécharger ici

Seguin M., Photogrammétrie numérique et architecture : apport et application de la corrélation épipolaire dense à l’archéologie du bâti, mémoire de master 1, AMU, 2013. Télécharger ici

Michel Maumont, « L’espace 3D : de la photogrammétrie à la lasergrammétrie », In Situ [En ligne], 13 | 2010, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 08 mars 2016. URL : http://insitu.revues.org/6413 ; DOI : 10.4000/insitu.6413 Télécharger ici