3. Restitution

La restauration, la restitution et la reconstitution des vestiges architecturaux, telles que les ont définies Ph. Bruneau et P.-Y. Balut (Ramage 1, 1982, p. 95-110), sont traitées dans une catégorie d’articles à part entière. Elles font partie des objectifs d’une étude architecturale et elles sont à fois le moyen et le résultat du raisonnement sur un monument.

La tendance actuelle de valorisation de la recherche par les images fictives, associée à l’accès plus facile aux logiciels de modélisation tridimensionnelle, a considérablement accru le nombre de reconstitutions d’édifices ou de sites archéologiques. Il s’avère ainsi légitime et urgent de poser la question de la valeur scientifique de ces images et de la confronter à leur valeur artistique ou, du moins, imaginaire ou fictive, qui tend à brouiller les pistes.

Sans une définition précise des objectifs scientifiques d’une étude architecturale, sans une prise de conscience assumée de la nature lacunaire des sciences historiques et archéologiques (autrement dit, qu’on ne pourra ni tout savoir ni combler tous les vides), ces images qui montrent tout, même ce qui n’a peut-être jamais existé, posent un réel problème éthique.

« La suprême félicité du penseur est d’avoir exploré l’explorable et de vénérer sereinement l’inexplorable. »

Sans doute cette citation de Goethe n’est-elle pas ici comprise pour ce qu’elle est. Mais une interprétation pourrait coïncider avec l’idée que si un objet est lacunaire et qu’aucun indice matériel, ni aucune logique constructive, ni aucun modèle ne permet d’en restituer la forme avec un degré raisonnable de certitude, l’attitude la plus honnête et la plus sincère n’est-elle pas, non de vénérer, mais d’envisager sereinement cet « inexplorable » ? Pourquoi ne pas admettre qu’on ne sait pas au lieu de rentrer dans le domaine certes séduisant mais falsifié de l’imaginaire ?